La place du Capitole - Rome

La place du Capitole – Rome

Voir aussi :

Si il y a un lieu en particulier au monde qui a durablement influencé notre culture occidentale, c'est bien la Place du Capitole, à Rome.

Colline de Rome

Le Capitole, situé au sommet de la plus petite des 7 collines de Rome entre le Forum et le Champ de Mars, a toujours été le centre du pouvoir romain, et cela, depuis la fondation de la ville. Il est impossible de ne pas ressentir quelque chose lorsque l’on vient à cet endroit, lourd de sens et chargé d’Histoire, le centre religieux et politique de la Rome antique. Les photos du Capitole ne sont qu’un pâle reflet de ce qu’est la sensation qui nous envahit lorsque l’on est sur le lieu même où s’est décidée l’Histoire…

La Cordonata

La Cordonata

Chaque ville de l’Empire romain se devait d’avoir son « Capitole », où siègent les institutions de la ville. C’est également sur le modèle romain que les américains ont créé leur Capitole, où se trouve le siège du Congrès. Idem pour les toulousains, c’est sur la place du Capitole que se trouve l’Hôtel de Ville. Le mot « capitale » nous vient d’ailleurs du Capitole, et du mot « caput », la « tête » en latin. Rome était la « caput mundi », la tête du monde, la Capitale.

Les imposantes inscriptions de l'Arc de Septime Sévère

Les imposantes inscriptions de l’Arc de Septime Sévère

La place actuelle a été imaginée en 1536 par Michel-Ange à la demande du Pape Paul III. L’artiste italien n’est pas parti de rien: le Palais des Conservateurs et le Palais des Sénateurs, existaient déjà. Il créera le Palais neuf (Palazzo Nuovo) de l’autre coté de la place, avec sa façade identique au Palais des Conservateurs. Les façades des palais furent également remaniées. Il donnera un dallage géométrique à la place et créera un escalier monumental, descendant vers le centre ville, la Cordonata Capitolina. Michel-Ange ne verra malheureusement jamais le résultat final, la place ayant été terminée bien après sa mort. C’est Giacomo Della Porta qui terminera le travail, pour notre plus grand bonheur.

Palais des Conservateurs, plus ancien musée du monde

Palais des Conservateurs, plus ancien musée du monde

Le Mont Capitolin, ou Capitole, était la colline la plus facile à défendre en cas d’attaque. Stratégiquement, c’était ici qu’il fallait installer les lieux de pouvoir. La petite colline était, dans les premiers temps de Rome, entourée de falaises. Deux « sommets » constituent cette colline : l’Arx et le Capitolium. Sur l’Arx, nous avons aujourd’hui la basilique Sainte-Marie d’Aracœli, une église datant du Moyen-âge, rappelant que le Capitole était le centre religieux de l’Empire Romain. En cet endroit se trouvait le temple de Junon Moneta, où l’on frappait monnaie. Sur le Capitolium, nous pouvons aujourd’hui voir le Palais des Conservateurs. Entre ces deux hauteurs, une dépression, l’Asylum, où se situe l’actuelle place du Capitole, la « Piazza del Campidoglio ». Dans l’ancienne Rome républicaine, il existait sur le Capitole la Roche Tarpéienne, d’où l’on précipitait les traites à la patrie, les criminels, mais également les lourdement handicapés… Cette falaise se trouvait côté Tibre.

Les statues de Castor et Pollux, avec derrière la basilique Sainte Marie Aracoeli, et un bout du Vittoriano

Les statues de Castor et Pollux, avec derrière la basilique Sainte Marie Aracoeli, et un bout du Vittoriano

Le Capitole était donc le siège religieux de l’Empire. A son sommet se trouvait le temple de Jupiter Capitolin, le lieu le plus sacré de l’Empire pour un romain. Il était dédié bien sûr à Jupiter, mais également à Junon sa femme et Minerve, la Triade Capitoline. Il existe quelques fragments de l’ancien temple aujourd’hui, que l’on retrouve derrière le Palais des Conservateurs. la légende veut que le premier roi de Rome, Romulus, aie établi sa demeure sur le Capitole.

Escalier qui part de l'Arc de Septime Sévère

Escalier qui part de l’Arc de Septime Sévère

La Louve, symbole de Rome, à coté de la mairie. On peut voir les plaques commémoratives.

La Louve, symbole de Rome, à coté de la mairie. On peut voir les plaques commémoratives.

Pour bien commencer une visite du Capitole, je conseille de partir de l’Arc de Septime Sévère. Cet arc de triomphe en marbre se trouve au pied du Capitole, et fut construit en l’an 203, pour célébrer les victoires romaines sur les Parthes. Face à nous, un grand escalier, avec un bas relief sur la droite représentant l’équipement d’un légionnaire romain. Sur la gauche, une tour moyenâgeuse, la Tour du Pape Nicolas V. Le bâtiment qui se trouve sur notre gauche en montant n’est rien d’autre que la Mairie de Rome, le Palais des Sénateurs. On se souvient, en passant par ici, que tout à commencé il y a très longtemps!

Le Palais des Sénateurs et le Tabularium

Le Tabularium était le lieu où les romains conservaient leurs archives, qui étaient inscrites sur des tablettes, les tabulae, qui ont donc donné leur nom à l’ancien édifice. Contrairement à d’autres monuments anciens du Capitole, nous pouvons toujours voir une grande partie du Tabularium aujourd’hui: si on regarde le Capitole à partir du Forum, c’est l’édifice sur lequel est construit l’actuel Palais des Sénateurs! Cet endroit a donc depuis toujours à Rome été le centre administratif de la ville. Le Tabularium, construit en 78 av. J.-C., était proche du Temple de Saturne et des ateliers de monnaie, le Temple de Junon Moneta.

Palais des Sénateurs

Palais des Sénateurs

Dès 1144, l’administration de Rome retrouve son emplacement original, en venant s’installer sur le Tabularium. C’est à la fin du XIIIe siècle que la construction du Palais des Sénateurs, l’actuelle mairie, commence. Le Tabularium, qui avait servi de prison et d’entrepôt de sel pendant le Moyen-âge, allait retrouver sa fonction première, l’organisation et la mémoire de Rome. Rénové par Michel-ange, continué par Della Porta qui termina la façade en 1605, la construction se prolongera sur tout le XVIIe siècle. Au centre de la façade du palais, nous pouvons voir une statue de Minerve, transformée en déesse Rome. De chaque coté, les représentations des deux fleuves majeurs de l’Empire, à gauche le Nil, à droite, le Tibre. La mairie de Rome est surmontée de son clocher, la Patarina.

Un passage entre le Palais des Sénateurs et un bâtiment adjacent.

Un passage entre le Palais des Sénateurs et un bâtiment adjacent.

Juste à coté de la mairie, une reproduction de la célèbre statue de la Louve, et des plaques commémoratives sur les murs du Palais des Sénateurs. Arrivés en haut des marches que nous avons prises en partant de l’Arc de Septime Sévère, construit pour fêter les victoires de l’Empereur sur les Parthes, on se retrouve sur la place. De chaque côté, deux palais avec au centre, la statue équestre de l’empereur Marc Aurèle. La place est décorée par un dallage géométrique du plus bel effet, encore une réalisation de Michel-Ange…

Scala Dell'Arce Capitolina, sur le coté droit du Palais Neuf.

Scala Dell’Arce Capitolina, sur le coté droit du Palais Neuf.

Les Musées du Capitole : Palais Neuf et Palais des Conservateurs

Les richesses historiques et patrimoniales de la ville de Rome sont telles, qu’en 1471, le Pape Sixte IV créa ce qui est aujourd’hui le plus ancien musée du monde. Le pape voulait conserver des statues de bronze prestigieuses, en les « restituant » aux romains, qu’ils puissent visiter et voir ces oeuvre d’Art majeures dans l’histoire de la ville. Il s’agit ni plus ni moins que le bronze étrusque de la louve, le symbole de la ville. D’ailleurs, une petite précision, les jumeaux que l’on peut voir sous la statue sont un ajout de la Renaissance. On installera en 1537 au centre de la place la statue équestre de Marc Aurèle, entre les deux palais du musée. Cette statue équestre antique, la seule qui nous soit parvenue, est considérée comme étant la statue « idéale », et a servi de modèle à des générations de sculpteurs. Aujourd’hui, c’est une reproduction fidèle que nous pouvons voir au milieu de la place, l’originale se trouvant au musée. Elle a pu nous arriver intacte, échappant aux destructions chrétiennes, car on pensait alors qu’il s’agissait de l’Empereur Constantin.

Galerie du Palais Neuf

Galerie du Palais Neuf

Fenêtre de la façade du Musée

Fenêtre de la façade du Musée

Le musée est en fait constitué de trois palais. Deux des palais sont sur le Capitole, un troisième se trouve dans un faubourg de Rome, la Centrale Montemartini. A droite du Palais des Sénateurs se trouve le Palais des Conservateurs, le plus ancien des bâtiments composant le musée. Il fut construit au XVe siècle, et verra sa façade remaniée par Michel-Ange. La rénovation débutera en 1563, un an avant la mort de l’artiste. La grande fenêtre que l’on peut voir au milieu de l’édifice, au premier étage, est l’oeuvre de Giacomo Della Porta, qui fit une entorse au projet initial de Michel-Ange, afin de permettre une plus grande salle intérieure.

Statue équestre de l'empereur Marc Aurèle

Statue équestre de l’empereur Marc Aurèle

Le deuxième Palais, jumeau du Palais des Conservateurs, est le Palais Neuf. Sa façade est identique, mais il fut construit bien plus tard, sous la direction de Girolamo Rainaldi. Construit tout au long XVIIe siècle, il complète harmonieusement la place. La première pierre fut posée en 1603, mais l’inauguration du nouveau musée n’eu lieu qu’en 1734! Dire que nous nous plaignons de la lenteur de certains travaux… C’est le plus ancien musée public du monde, ouvert par le pape Clément XII.

La Cordonata Capitolina

Cette voie, construite pour relier le Capitole à la Place Aracoeli et par conséquent le centre ville, est l’oeuvre, encore une fois, du génie de Michel-Ange, qu’il ne verra pourtant jamais. Construite en 1582, elle devait permettre d’accéder au Capitole à cheval ou à pied. La Cordonata ressemble à un escalier monumental, avec de grandes marches, faciles à monter. Tout en haut, nous pouvons y admirer les statues de Castor et Pollux, sur les balustrades, d’autres statues viennent décorer l’ensemble, notamment celle de Cola di Rienzo, un homme d’état du Moyen-âge qui rêva trop tôt d’unifier l’Italie. C’est la statue de l’homme à la capuche. En bas, deux lions en basalte marquent le début de la Cordonata.

Un petit jardin du Capitole

Un petit jardin du Capitole

La Terrasse Caffarelli

La Terrasse Caffarelli

Un petit jardin se trouve sur le côté, sur le Mont Capitolin, derrière le Palais des Conservateurs. C’est la Terrasse Caffarelli. D’ici, on a une superbe vue sur les toits de la Ville Eternelle! Le lieu a été créé sur l’emplacement de l’ancien Palais Caffarelli, démoli en partie au début du XXe siècle. C’est un endroit parfait pour prendre un peu de repos et regarder tranquillement la superbe vue qui s’offre à nous. J’adore cette ville, décidément.

Infos Utiles

Réservation d’hôtel à Rome



Booking.com


A découvrir aussi

Commentaires
Lire les articles précédents :
Ponts et canaux d'Amsterdam
Ponts et canaux d’Amsterdam

Amsterdam, la capitale des Pays-Bas, possède un indéniable avantage : l'Amstel, une rivière navigable et proche de la mer.

Fermer