Trottoirs de Paris

Trottoirs de Paris

Voir aussi :

Paris, ses monuments, ses immeubles, sa culture, ses parisiens, ses touristes… et ses trottoirs.

C’est pour moi l’élément le plus négligé de la Ville de Paris, le plus méprisé ou ignoré. Mais franchement, quel dommage ! C’est pourtant l’une des choses de la vie quotidienne à Paris qui méritent le plus qu’on s’y attarde. La vocation du trottoir est principalement utilitaire, mais ça serait trop réducteur de ne voir que le coté « je te marche dessus » : les trottoirs fourmillent de mille et un détails ! Par contre, les trottoirs de Paris sont moches. C’est un fait, c’est comme ça. Découvrons donc ces trottoirs, si moches mais si utiles, si négligés mais utilisés en permanence par tout le monde, par des gens qui ne les remarquent plus, ou même, qui ne les ont jamais remarqués.

Grille sur trottoir bituminé
Grille sur trottoir bituminé

Les trottoirs ont plusieurs « habitants » permanents, qui font partie du mobilier urbain. Non, je ne parle pas des malheureux SDF qui ont la malchance de devoir dormir dans des cartons à même le trottoir, ni même des pauvres malheureuses prostituées, qui font « le trottoir ». Non, moi, c’est le bitume qui m’intéresse, juste ça. Je me suis amusé à parcourir un peu la ville, en faisant des photos un peu partout par terre. Les gens pouvaient me prendre pour un original, si j’étais dans une autre ville, mais à Paris, vous savez, les parisiens sont blasés de tout. Donc on est toujours à peu près tranquille pour faire à peu près n’importe quoi! :) On peut photographier les bancs publics tranquillement, regarder les grands pots de fleurs sans souci.

Nombreux dispositifs pour empêcher de stationner. Seule l'ambulance peut se faufiler.
Nombreux dispositifs pour empêcher de stationner. Seul l’ambulance peut se faufiler.
Marquages au sol pour stationner : soit c'est pour les livraisons, soit c'est payant.
Marquages au sol pour stationner : soit c’est pour les livraisons, soit c’est payant.

Rappelons d’abord ce qu’on entend par « trottoir » : c’est, dans une rue, l’espace réservé aux piétons. Il ne peut pas y avoir de voiture, pas de moto, rien de ce qui est motorisé. Les trottoirs sont plus élevés que le reste de la rue, avec des caniveaux, pour pouvoir écouler les eaux de pluie et protéger les passants de la circulation automobile et des voitures toujours pas écolo.

Histoire des trottoirs à Paris

Les villes romaines étaient déjà dotées de trottoirs, les rues étaient pavées. Les romains avaient le souci de l’hygiène, et urbanisaient en prenant déjà en compte la nécessité d’avoir une ville propre, où l’on pouvait circuler aisément. Avec le Moyen-âge, les trottoirs ont disparu du paysage urbain, laissant place à une rigole au milieu des rues, pour drainer l’eau de pluie et les déchets. Bref, au temps des chevaliers, la rue parisienne était immonde, les gens jetant leurs détritus tout simplement par la fenêtre.

Les coquets parisiens du Marais sont totalement indifférents aux immondices jonchant les trottoirs de leur ville.
Les coquets parisiens du Marais sont totalement indifférents aux immondices jonchant les trottoirs de leur ville.

Il faudra attendre 1606 et la construction du Pont Neuf pour que ceci commence à changer. En effet, les premiers trottoirs parisiens sont nés ici, au Pont Neuf. La prochaine fois que vous passerez par le Pont Neuf, vous saurez que non seulement c’est le plus ancien pont de Paris, mais ce sont également les premiers trottoirs de la capitale ! Mais l’exemple des trottoirs du Pont Neuf ne sera pas systématiquement repris.

En 1781, presque deux siècles plus tard, on verra le premier vrai trottoir pour piétons, rue de l’Odéon. Il s’agissait d’un revêtement de minces pavés de grès, soutenus par une bordure en pierre. Vers cette période, l’écrivain Louis-Sébastien Mercier demandait encore que l’on généralise l’usage des trottoirs à Paris, comme on pouvait le voir à Londres (qui verra toutes ses rues dotées d’un trottoir dès 1823), l’expérience de la rue de l’Odéon étant encore trop anecdotique. Il ne vivra pas assez longtemps pour voir le premier trottoir bitumé parisien, apparu en 1835, sur le Pont Royal.

Goudron récent autour des plaques en fonte pour le gaz.
Goudron récent autour des plaques en fonte pour le gaz.

Avec la nouvelle technique utilisant le bitume, beaucoup plus rapide et économique, le nombre de kilomètres de trottoirs est multiplié en l’espace de quelques années : entre 1833 et 1848, on passe de 16 à 275 kilomètres.

Finalement, en 1856, des règles de construction de trottoirs sont établies, en fonction de la largeur des rues.

Plaques d’égout

L’un des éléments les plus caractéristiques des trottoirs, ce sont les plaques d’égout. Ce qu’il y a derrière ces lourdes plaques en fonte de 50 kg reste énigmatique pour beaucoup de parisiens. Et pour cause, on parle du réseau des égouts parisiens, réservés aux éboueurs. Ces plaques de fonte, également connues sous le nom de « regard de chaussée » permettent d’accéder au réseau souterrain, et sont logiquement apparues en même temps que les égouts de Paris, au cours du XIXème siècle.

Plaque d’égout : 50 kgs de fonte et de bitume.
Plaque d’égout : 50 kg de fonte et de bitume.

Si les plaques d’égouts sont rondes, c’est tout simplement parce que c’est la forme la plus simple qui empêche la plaque de tomber au fond du trou qu’elle est supposée boucher. Elles sont couvertes de motifs géométriques, disposés symétriquement. En regardant de près une plaque d’égout, on peut s’apercevoir qu’il y a des inscriptions sur beaucoup d’entre elles. Par exemple, « Système Goumet BSGDG ». Le système Goumet est un procédé antidérapant, tout simplement, et BSGDG sont les initiales pour « Breveté Sans Garantie Du Gouvernement ».

Inscriptions sur la plaque d’égout : système goumet
Inscriptions sur la plaque d’égout : système goumet

Une autre inscription, « A. Chappée Le Mans » : il s’agit de l’entreprise qui a fabriqué ces plaques, vers la fin du XIXème siècle, début du XXème. Et oui, parfois les plaques sont centenaires ! Armand Chappée était un fondeur au Mans, et son entreprise a réalisé beaucoup d’ouvrages en fonte pour le bien public parisien ou d’autres grandes villes de France.

Parfois, sur les plaques d’égout, on peut retrouver également le blason de la ville. Autant j’en vois souvent à l’étranger, autant à Paris, on ne voit pas trop de blason parisien dessus… va falloir les dénicher ! C’est assez rigolo d’observer les plaques de fonte qui sont absolument partout dans nos rues. Il n’y a bien sûr pas que des plaques pour les égouts, mais également plein d’autres trappes et accès divers, comme des plaques pour le gaz, pour l’EDF, ou les aérations du métro, où les clodos aiment bien dormir grâce à la chaleur qu’elles dégagent…

Plaque de ventilation pour le gaz.
Plaque de ventilation pour le gaz.

Passages piétons

Passage piéton, succession de bandes blanches sur le bitume de la rue.
Passage piéton, succession de bandes blanches sur le bitume de la rue.

Les passages piétons ne font pas vraiment partie des trottoirs, mais ils permettent de passer d’un trottoir à un autre. Ils provoquent d’ailleurs des changements sur le trottoir et surtout le caniveau. Pour simplifier la vie aux personnes à mobilité réduite, qu’ils soient sur un fauteuil roulant ou qu’ils poussent une poussette, on a abaissé le niveau du caniveau devant les passages piétons. On a également mis des plaques de métal devant le passage piéton. On sent ces plaques sous ses pieds, ce qui permet aux aveugles de se repérer et de savoir que devant, ils ont un passage piéton. Là-dessus, je suis sûr qu’il y a encore beaucoup à faire dans Paris pour faciliter la vie aux personnes handicapées, mais c’est un très bon début.

Trottoir adapté aux personnes handicapées.
Trottoir adapté aux personnes handicapées.
Un passage piéton. Les pavés permettent de bien les délimiter.
Un passage piéton. Les pavés permettent de bien les délimiter.
Début du passage piéton.
Début du passage piéton.

Empêcher les voitures de stationner sur les trottoirs

On l’a vu, un trottoir, c’est que pour les piétons. Du coup, il a fallu trouver plusieurs stratagèmes pour empêcher les automobilistes moins respectueux de venir stationner sur les trottoirs. Le plus visible et efficace est sans l’ombre d’un doute le « Bollard ». Issus du milieu nautique, ces bollards, ou bittes d’amarrage, servaient à attacher le bateau au quai, pour qu’il ne parte pas à la dérive. Depuis, on a repris la forme des bollards en milieu purement urbain, pour empêcher les voitures de stationner. Ces poteaux métalliques ou en béton, placés à intervalles réguliers sur les trottoirs sont rudement efficaces. En revanche, s’ils sont très bas, il se peut qu’une voiture reste accrochée dessus. Oui, j’ai déjà vu des voitures qui n’avaient pas vu le bollard en faisant marche arrière, et qui du coup se cognaient dessus. Les meilleurs sont quand même les longs et fins métalliques, surmontés d’une boule blanche : ils sont visibles ! Par contre, c’est un peu gênant pour le piéton distrait.

Boullards, en fonte ou en béton
Boullards, en fonte ou en béton

Ces objets sont pour mois les petits monuments érigés à l’incivilité des automobilistes à l’égard des piétons. Quand j’en vois un, je ne peux pas m’empêcher de penser que c’est pour un idiot de gars qui veut stationner n’importe comment qu’on l’a mit là.

Vélos parisiens

Les vélos n’ont plus le droit de circuler sur les trottoirs, et c’est tant mieux. En revanche, ils ont toujours le droit de stationner dessus. On trouve un peu partout dans Paris des poteaux métalliques prévus à cet effet, où l’on peut venir attacher son vélo à un de ces poteaux. Par contre, je trouve qu’ils sont assez mal répartis dans la ville, avec certains poteaux totalement vides, alors que d’autres sont totalement remplis.

Vélos stationnés, plus ou moins vandalisés, et attachés comme on peut à la grille du square.
Vélos stationnés, plus ou moins vandalisés, et attachés comme on peut à la grille du square.
Une station vélib, squattant un large trottoir de Paris.
Une station vélib, squattant un large trottoir de Paris.

L’impact des vélibs sur Paris est assez considérable également, ces dernières années. La multiplication de pistes cyclables, qui traversent ou « grignotent » l’espace du trottoir l’atteste bien. Et il y a toujours un imbécile ou deux pour rouler à vélo sur un trottoir comme si il était au beau milieu de la rue… Les rollers, les skates étaient assez dangereux, mais les vélos, c’est bien pire, et en quantités bien supérieures. Moi qui suit un fervent adepte du vélo en ville, je trouve dommage d’avoir mauvaise réputation à cause de quelques personnes non respectueuses des piétons.

Poubelles parisiennes

Le trottoir est une poubelle. Paris est une ville sale, et c’est surtout en regardant ce qui traîne par terre qu’on le voit. D’innombrables traces de pipi de chien, qui marquent et tâchent le sol, d’innombrables mégots, d’innombrables bouts de papiers en tous genres. Le pire, c’est après un marché : les vendeurs foutent tout par terre, laissant le soin aux services municipaux de tout nettoyer. Chaque année, ce sont ainsi des millions qui sont dépensés en hygiène par Paris, à cause de l’incivilité de ses citoyens. Pourtant, Paris possède de nombreuses poubelles publiques, ces fameux sacs plastiques transparents que l’on peut voir un peu partout. Ils sont horriblement moches, ça serait dommage de ne pas s’en servir par-dessus le marché !

Poubelle d’un immeuble, attendant sagement le ramassage des ordures.
Poubelle d’un immeuble, attendant sagement le ramassage des ordures.
Une des nombreuses poubelles avec leur sachet en plastique transparent…
Une des nombreuses poubelles avec leur sachet en plastique transparent…

Trottoirs moches

Paris, ville lumière, ville touristique par excellence, ville beauté et ville romantique, ne l’est pas du tout grâce à ses trottoirs, ça c’est sûr. Comment une ville aussi reconnue pour son architecture, aussi riche, peut continuer à garder des trottoirs aussi moches ? Si je suis critique envers les trottoirs parisiens, c’est parce que je connais très bien les plus beaux trottoirs du monde : au Portugal, la moindre ville possède de magnifiques trottoirs blancs, faits de petits pavés, comme vous pouvez le voir sur cet article parlant des rues la ville de Marinha Grande, qui n’est pourtant pas du tout une ville riche ou touristique. Paris, qui est une ville autrement plus riche et connue, gagnerait à au moins embellir les trottoirs de ses rues les plus touristiques. C’est sans doute un budget, mais je crois sincèrement que la couleur du goudron et de l’asphalte contribue grandement à la morosité des parisiens. Si les trottoirs avaient été blancs, la ville serait beaucoup plus lumineuse, ce qui jouerait immédiatement sur l’humeur des parisiens.

Certains trottoirs du Marais sont différents, avec un dallage un peu moins moche que le simple bitume. Par contre, on ne se prive pas pour gribouiller dessus!
Certains trottoirs du Marais sont différents, avec un dallage un peu moins moche que le simple bitume. Par contre, on ne se prive pas pour gribouiller dessus!
Piste cyclable
Piste cyclable

J’entends des voix qui me disent que les trottoirs portugais ne sont pas pratiques pour des talons aiguilles, des valises à roulettes, etc. Je répondrais que oui, un trottoir goudronné est plus pratique, mais on pourrait au moins envisager de leur changer de couleur, surtout à l’heure du béton ciré. C’est vrai que ces trottoirs sont tout le temps victimes de travaux, tout le temps ouverts et encore ouverts, pour réparer une fuite, passer un câble et on ne sait quoi d’autre. Rien de plus pratique à reboucher qu’une simple couche de bitume, laissant du coup une cicatrice sur le trottoir qui restera jusqu’aux prochains travaux. Si vous regardez un peu, vous pouvez même voir la date des travaux, gravée à même le bitume. Avec des pavés, on ne pourrait pas faire ça : il n’y aurait aucune trace des travaux.

La ville de Paris est si chère, et j’en sais quelque chose pour avoir acheté un appartement à Paris comme je l’explique dans mon blog eKonomia, que c’est aberrant pour moi que les trottoirs soient si moches. Je pense franchement que dans une ville si riche, il y a moyen d’avoir quelque chose d’un peu plus esthétique.

On verra bien si une entreprise propose un service innovant à la Ville de Paris, avec de beaux trottoirs, je ne pense pas que les parisiens soient particulièrement attachés à la grisaille du bitume de leurs trottoirs… par contre, il y a tout un savoir faire à construire et acquérir en France pour que enfin, on puisse marcher en beauté :D …

Photos des trottoirs parisiens

Grille de protection des arbres. Les arbres sont les principaux résidents de nos trottoirs, toujours fidèles au poste.
Grille de protection des arbres. Les arbres sont les principaux résidents de nos trottoirs, toujours fidèles au poste.
Les grilles ne sont pas systématiques pour les arbres, et même sont de plus en plus rares.
Les grilles ne sont pas systématiques pour les arbres, et même sont de plus en plus rares.
Grille d’aération
Grille d’aération
Un soupirail, permettant de donner de l'air et un peu de lumière aux caves.
Un soupirail, permettant de donner de l’air et un peu de lumière aux caves.
Porte cochère et ses chasse-roue, héritage du temps où le cheval était roi à Paris.
Porte cochère et ses chasse-roue, héritage du temps où le cheval était roi à Paris.
Date des travaux gravée à même le trottoir.
Date des travaux gravée à même le trottoir.
Une plaque d’EdF
Une plaque d’EdF
Espace aménagé pour attacher des vélos. Encore en travaux.
Espace aménagé pour attacher des vélos. Encore en travaux.
Poteaux pour amarrer des vélos, dans un coin de rue.
Poteaux pour amarrer des vélos, dans un coin de rue.
Les chasse-roue protégeaient les murs de l'immeuble contre les cochers maladroits.
Les chasse-roue protégeaient les murs de l’immeuble contre les cochers maladroits. Devant les sorties d’immeubles, où passent les voitures, on quadrille le trottoir, afin de bien marquer cet espace de transition entre trottoir et chaussée.

Infos Utiles


A découvrir aussi

Commentaires
Lire les articles précédents :
Parc de la Villette
Promenade au Parc de la Villette, Paris

Les Abattoirs de la Villette, où les animaux destinés à la consommation de viande de la capitale venaient rendre leur...

Fermer