Marie-Antoinette : le Petit Trianon et le Hameau de la Reine

Le domaine de Marie-Antoinette: Petit Trianon et Hameau de la Reine

Voir aussi :

Marie-Antoinette était en permanence dans la représentation. C'était son rôle de Reine, de femme de l'homme le plus puissant de France, Louis XVI.

Joie de vivre au Petit Trianon

Ce rôle, tant désiré par le commun des mortels, était pesant pour Marie-Antoinette, qui préférait la simplicité au faste du Château de Versailles. Le peuple français ne l’aimait pas, en grande partie à cause de rumeurs et de ragots infondés. Nous connaissons tous tristement la fin. En visitant son cadre de vie, nous pouvons en savoir un peu plus sur la reine, et voir qu’au final, cette femme ne cherchait que ce que nous tous cherchons: la joie de vivre.

Le Petit Trianon, au bout de l'avenue éponyme.

Le Petit Trianon, au bout de l’avenue éponyme.

Le Petit Trianon

Le Château du Petit Trianon avait été construit par Louis XV, en cadeau à madame de Pompadour. La célèbre favorite du roi n’aura pas eu le temps d’y habiter, étant décédée avant sa finalisation. C’est madame du Barry qui inaugurera en 1768 ce petit palais, après les 4 ans nécessaires à l’architecte du roi Ange-Jacques Gabriel pour le construire. Gabriel est un architecte très connu, puisqu’on lui doit également la Place de la Concorde à Paris ou l’Ecole Militaire.

Le Petit Trianon, un monument de sobriété à Versailles, à jamais associé à Marie-Antoinette.

Le Petit Trianon, un monument de sobriété à Versailles, à jamais associé à Marie-Antoinette.

C’est en 1774 que Marie-Antoinette s’installe au Petit Trianon, après avoir écarté madame du Barry. Dès lors, le petit château sera associé à jamais à la reine dans l’imaginaire français. Le Petit Trianon, ça sera le « Château des femmes« , où les épouses des souverains de France établissent leur résidence. Sa relative petite taille, plus intimiste, plaisait beaucoup à Marie-Antoinette, qui était ainsi libérée des devoirs de la Cour. C’est un édifice de plan carré, largement inspiré par l’Antiquité. Lors de sa construction, la mode était au Néoclassique, ce style voulant recréer les gloires de l’Antiquité, remises au goût du jour. On préfère ainsi la pureté des lignes, les colonnes et les pilastres d’ordre corinthien, l’harmonisation avec la nature.

Une des assiettes exposées au Petit Trianon. Les fleurs sont le principal élément de décor au Petit Trianon.

Une des assiettes exposées au Petit Trianon. Les fleurs sont le principal élément de décor au Petit Trianon.

Le Petit Trianon est tout entier dévoué aux fleurs, ce qui en fait sans doute la raison de son succès auprès de la gent féminine. Il est entouré de jardins, tout près du Hameau de la Reine. Seules les femmes y habitaient, les hommes, y compris le roi, n’étant juste que des invités. Marie-Antoinette aimait dire qu’elle ne vivait au Petit Trianon que comme simple particulière. Cette apparente insouciance de la misère du peuple français aura bien sûr contribué à sa perte plus tard, même si nous savons aujourd’hui que l’image que nous avons hérité de la reine par les révolutionnaires est fausse.

A gauche, buste de Louis XVI, à droite, de Marie-Antoinette.

A gauche, buste de Louis XVI, à droite, de Marie-Antoinette.

A gauche, une fenêtre richement décorée du rez-de-chaussée. A droite, la chapelle, avec son clocheton à bulbe.

A gauche, une fenêtre richement décorée du rez-de-chaussée. A droite, la chapelle, avec son clocheton à bulbe.

Après la période trouble de la Révolution, c’est l’entourage de Napoléon qui vient s’installer au Petit Trianon. D’abord sa soeur, Pauline Bonaparte, puis l’impératrice Marie-Louise. Le Petit Trianon redécouvre une nouvelle jeunesse à cette période, enfin réhabilité dans toute sa noblesse. Se succéderont ensuite la duchesse d’Orléans, puis l’impératrice Eugénie, femme de Napoléon III, grande admiratrice de Marie-Antoinette. Le Petit Trianon tombera ensuite peu à peu dans l’oubli, ne revenant sur le devant de la scène qu’un siècle plus tard, lorsque Marie-Antoinette est redécouverte par les français, grâce à la littérature, au cinéma…

Dans la cour de la maison du Suisse, le gardien du Petit Trianon. C'est redevenu comme à l'époque l'entrée principale du château.

Dans la cour de la maison du Suisse, le gardien du Petit Trianon. C’est redevenu comme à l’époque l’entrée principale du château.

Cour de la maison du Suisse

Cour de la maison du Suisse

Le château a depuis lors été restauré à l’identique, le plus fidèlement possible à l’esprit originel voulu par la femme de Louis XVI. Enfin, c’est une façon de voir les choses. Marie-Antoinette y vivait, aujourd’hui, ce n’est qu’un musée ultra visité! Je me suis toujours posé la question s’il ne valait pas mieux rendre ces lieux historiques à l’habitation plutôt que d’en faire des musées. Difficile question, qui n’a pas forcément de réponse. Si jamais il était possible d’y vivre de nos jours, comment cela se passerait-il? Qui pourrait y vivre légitimement? La première dame de France? Un ministre? Une star du show-business?

Plan du Petit Trianon. Pratiques ces cartes de sécurité!

Plan du Petit Trianon. Pratiques ces cartes de sécurité!

Soyons franc: on apprend pas grand chose sur Marie-Antoinette, la plupart des édifices ayant été changés au cours du temps et des habitantes qui s’y sont succédées. On a un étalage de beau mobilier, de belles décorations, dans un petit palais coquet au milieu de jardins. Une salle « multimédia » a été installée dans le Petit Trianon afin de se faire une idée de la vie à l’époque de la Reine, mais ça ou regarder un DVD sur le sujet revient au même pour moi. A vrai dire, je préférerais y habiter plutôt que visiter! :)

Une des salles expose le peu de vaisselle qu'il reste du Petit Trianon. A droite, les toilettes, juste à coté de la Chambre de la Reine.

Une des salles expose le peu de vaisselle qu’il reste du Petit Trianon. A droite, les toilettes, juste à coté de la Chambre de la Reine.

Chambre de la Reine. Le lit originel, disparu à la Révolution, n'a jamais été retrouvé.

Chambre de la Reine. Le lit originel, disparu à la Révolution, n’a jamais été retrouvé.

De la fenêtre de la Chambre de la Reine, on peut voir le Temple de l'Amour.

De la fenêtre de la Chambre de la Reine, on peut voir le Temple de l’Amour.

Le Hameau de la Reine

Je n’ai pas la chance d’être très riche, ce qui m’aurait permis de me faire construire un petit village aux portes de Paris, juste pour mon bon plaisir. Posséder un palais comme le Château du Petit Trianon et une petite exploitation agricole pour ses propres besoins est bien sûr un rêve qui tient plus du fantasme que de la possibilité. Mais quand on est reine de France, cette possibilité est réelle, alors pourquoi s’en priver? Le Hameau de la Reine, contrairement à ce que croyaient les citoyens révolutionnaires, n’était pas là juste pour décorer et plaire à sa majesté la reine, mais c’était aussi une véritable ferme, qui produisait pour la Table Royale. On ne parlait pas encore de bio à l’époque, ou de potager partagé, ni même de AMAP. Avoir une petite exploitation agricole à proximité était un réel besoin pour les gens de l’époque, les transports n’étaient pas ce qu’ils sont aujourd’hui.

A gauche, le Temple de l'Amour. A droite, au travers d'une fenêtre du Petit Trianon, le Pavillon Français.

A gauche, le Temple de l’Amour. A droite, au travers d’une fenêtre du Petit Trianon, le Pavillon Français.

Le Hameau de la Reine est inséré au sein du Parc de Versailles, avec ses petits canaux enjambés par des ponts de pierre.

Le Hameau de la Reine est inséré au sein du Parc de Versailles, avec ses petits canaux enjambés par des ponts de pierre.

Le Hameau de la Reine est ainsi l’héritier de ce qui existait déjà, la ménagerie, où se trouvait une étable, une basse-cour, une bergerie, une laiterie… tout ce qui était nécessaire pour apporter des produits frais de la ferme à la table royale. Aux potagers s’ajoutent un jardin botanique, où des plantes exotiques sont cultivées, faisant la réputation du jardin du roi dans toute l’Europe. Ce petit hameau, voulu par la reine et construit par l’architecte Richard Mique, était là pour se dépayser totalement de Versailles. Il est inspiré du hameau de Chantilly. Le hameau de Chantilly n’avait d’autre but que de distraire les invités du propriétaire du Château de Chantilly, le prince de Condé. Celui de la Reine était pour la distraire elle, tout en ayant cet aspect utilitaire d’approvisionnement de la table royale.

La Tour Marloborough avec à coté la Laiterie de propreté. A droite, on reconnaît la Maison du Garde.

La Tour Marloborough avec à coté la Laiterie de propreté. A droite, on reconnaît la Maison du Garde.

Le hameau était donc bien plus qu’une simple fabrique de jardin, la vocation n’était pas juste ornementale. D’autres fabriques de jardin décorent le parc du Petit Trianon, que ce soit le Grand Rocher et le Belvédère ou le temple de l’Amour par exemple. Pour la reine, le hameau avait également une vocation pédagogique pour les enfants. Mais nous sommes toujours à Versailles, même si à l’extérieur le hameau est d’aspect rustique, à l’intérieur, tout le confort versaillais est de mise. Les maisons sont construites autour d’un grand lac, avec la ferme un peu en retrait. Rien n’a été placé au hasard, la reine s’étant entouré de peintres pour la conseiller.

A gauche, la Maison du Garde, à droite, près du lac, le Colombier.

A gauche, la Maison du Garde, à droite, près du lac, le Colombier.

Marie-Antoinette n’aura finalement que très peu profité de son petit hameau et de la vie « paysanne » qu’elle désirait y avoir. Commencé en 1783, il était pratiquement fini en 1786, trois ans avant la prise de la Bastille. Après la Révolution, le Hameau de la Reine est laissé à l’abandon, un rapport suggérant même à Napoléon de le détruire. Ce n’est qu’au XXème siècle qu’il sera restauré petit à petit. Une ferme pédagogique y est installée dans les années 1990, restituant une des volontés de la reine.

Maison de la Reine.

Maison de la Reine.

Est-ce que je vivrais dans un tel endroit? Non. C’est une sorte de Disneyland du XVIIIème siècle. Recréer un village normand artificiellement, au sein de Versailles, sonne faux. Un décor de cinéma coquet de nos jours, l’utilité d’avoir une ferme juste à coté de chez soi n’existant plus. Mais le concept de vivre à la campagne à deux pas de la ville m’inspire, peut-être pour les mêmes raisons que Marie-Antoinette. Quoi de plus agréable que de profiter des bienfaits d’une vie à la campagne, tout en étant aux portes d’une grande ville? Cette possibilité s’éloigne de plus en plus de nous au fur et à mesure que les villes gagnent sur nos campagnes, de plus en plus dépeuplées. Marie-Antoinette n’avait pas la possibilité de trop s’éloigner de la Cour de Versailles, son Hameau allait lui permettre d’avoir une vie plus simple tout en restant proche du roi et du Château.

Photos du Petit Trianon

La photo de gauche : le réchauffoir, où les plats cuisinés étaient réchauffés avant d'être servis. A droite, la Salle de Billard, avec sa reconstitution de 2008.

La photo de gauche : le réchauffoir, où les plats cuisinés étaient réchauffés avant d’être servis. A droite, la Salle de Billard, avec sa reconstitution de 2008.

Boudoir de la Reine, où se trouvait le fameux système de Glaces Mouvantes. Le boudoir est alors connu sous le nom de Cabinet des Glaces  Mouvantes. C'était des miroirs qui se déplaçaient par un jeu de mécanismes afin de fermer les fenêtres du boudoir.

Boudoir de la Reine, où se trouvait le fameux système de Glaces Mouvantes. Le boudoir est alors connu sous le nom de Cabinet des Glaces Mouvantes. C’était des miroirs qui se déplaçaient par un jeu de mécanismes afin de fermer les fenêtres du boudoir.

A gauche, le Salon de Compagnie. A droite, des portes, si bien intégrées à la décoration des murs.

A gauche, le Salon de Compagnie. A droite, des portes, si bien intégrées à la décoration des murs.

A gauche, l'Escalier d'Honneur qui part du vestibule. A droite, la grande salle à manger.

A gauche, l’Escalier d’Honneur qui part du vestibule. A droite, la grande salle à manger.

Une fois entrés dans le Petit Trianon, nous sommes dans la Salle des Gardes.

Une fois entrés dans le Petit Trianon, nous sommes dans la Salle des Gardes.

Le robinet, dans la cour de la maison du Suisse.

Le robinet, dans la cour de la maison du Suisse.

A gauche, une poignée de fenêtre. A droite, détail du parquet, très élaboré.

A gauche, une poignée de fenêtre. A droite, détail du parquet, très élaboré.

Photos du Hameau de la Reine

Maison du garde, remise en état comme à l'époque de la reine.

Maison du garde, remise en état comme à l’époque de la reine.

La Ferme. C'est une véritable exploitation agricole, qui était chargée du temps de Marie-Antoinette d'approvisioner la table royale.

La Ferme. C’est une véritable exploitation agricole, qui était chargée du temps de Marie-Antoinette d’approvisioner la table royale.

Vue arrière de la ferme. Ce que l'on voit aujourd'hui est une reconstruction à l'identique, terminée en 2006.

Vue arrière de la ferme. Ce que l’on voit aujourd’hui est une reconstruction à l’identique, terminée en 2006.

On s'occupe toujours de moutons et de chevaux au Parc de Versailles.

On s’occupe toujours de moutons et de chevaux au Parc de Versailles.

Un chariot servant de décoration à coté de la ferme

Un chariot servant de décoration à coté de la ferme

Maison de la Reine, vue de derrière.

Maison de la Reine, vue de derrière.

Le moulin. Il n'a jamais servi, il n'y a jamais eu de meule, le ruisseau étant bien trop faible pour faire tourner un veritable moulin.

Le moulin. Il n’a jamais servi, il n’y a jamais eu de meule, le ruisseau étant bien trop faible pour faire tourner un veritable moulin.

On pourrait presque croire un instant qu'on entend les rires des princesses sur ces bancs de bois…

On pourrait presque croire un instant qu’on entend les rires des princesses sur ces bancs de bois…

Le Grand Rocher et le Belvédère du Petit Trianon

Le Grand Rocher et le Belvédère du Petit Trianon

Infos Utiles


A découvrir aussi

Commentaires
Lire les articles précédents :
Photos du Grand Trianon à Versailles
Photos du Grand Trianon à Versailles

Partons découvrir ensemble le château personnel de Louis XIV, le Grand Trianon, où il allait pour s'éloigner de la cour...

Fermer