Palais Jacques Coeur, plus belle maison gothique de France

Palais Jacques Coeur, plus belle maison gothique de France

Voir aussi :

Pour moi, il existe un monument unique et propre à Bourges, qui distingue cette ville des autres villes du pays : le Palais Jacques Cœur, chef d’œuvre de l’architecture civile gothique.

Quand on parle de Bourges, la première image qui nous vient à l’esprit est sa Cathédrale Saint-Etienne, un des chefs d’œuvres de l’Art Gothique. C’est normal, c’est le monument le plus facilement identifiable, peut-être le plus remarquable s’il n’y avait pas une cathédrale gothique à peu près partout en France. Mais pour changer un peu des cathédrales et autres églises du Moyen Âge, une visite s’impose à l’un des plus beaux édifices médiévaux de France, le Palais Jacques Coeur. Les berruyers le connaissent bien, ce palais, Jacques Coeur était un enfant du pays.

Palais Jacques Cœur

Palais Jacques Cœur

Statue de Jacques Coeur, sur la petite place en face du Palais.

Statue de Jacques Coeur, sur la petite place en face du Palais.

Portes extérieures du palais, richement décorées.

Portes extérieures du palais, richement décorées.

Jacques Coeur

Jacques Cœur était un enfant de Bourges. Né aux environs de l’an 1400, il était un négociant talentueux, qui avait réussi à s’enrichir en peu de temps, en travaillant avec de nombreux pays, que ce soit l’Espagne, l’Italie ou les pays du Levant. Son succès le fait remarquer du roi Charles VII, qui le fait « grand argentier », trésorier du royaume. A la tête d’une fortune immense, Jacques Cœur fera comme tous les riches : il se construira un palais mémorable, une résidence digne de son nouveau statut. Anobli en 1440, il fait construire sa nouvelle demeure en 1443. La construction va durer 10 ans, et Jacques Cœur n’aura jamais pu vivre chez lui…

Cour intérieure du Palais

Cour intérieure du Palais

Le toit est hérissé de pointes

Le toit est hérissé de pointes

Hôtel de la Chaussée

Du temps de Jacques Cœur, le palais était connu sous le nom d’Hôtel de la Chaussée. Ce nom lui venait de l’ancienne Tour de la Chaussée, une ancienne tour des remparts de la ville, que Jacques Cœur acheta, servant de base à sa nouvelle demeure. Les murs de cet ancien rempart datant de l’époque romaine serviront d’ailleurs en partie à bâtir le nouvel édifice.

Rue Jacques Cœur

Rue Jacques Cœur

Le Palais Jacques Cœur était une résidence civile avant tout

Le Palais Jacques Cœur était une résidence civile avant tout

Pour construire une telle demeure, sa « Grant’Maison » comme Jacques Cœur disait, il fallait être immensément riche. Le succès de Jacques Cœur, fils d’un riche marchand du pays, ne s’explique pas par ses origines. La croissance de sa fortune était telle que de nombreuses personnes l’ont soupçonné d’être en fait un alchimiste, qu’il aurait trouvé le secret de la transmutation du plomb en or… et on peut les comprendre, d’autant plus que le palais regorge de détails qui rappellent l’alchimie.

Cheminée décorée de splendides bas-reliefs

Cheminée décorée de splendides bas-reliefs

Le Palais Jacques Cœur est la plus belle maison du XVème siècle. Difficile de trouver un autre exemplaire d’architecture civile aussi poussé, aussi richement décoré, un édifice avec tant de sculptures, du moins en France. Contrairement aux cathédrales, on sait précisément qui a construit le palais, mais on ne saura jamais jusqu’à quel point Jacques Cœur était intervenu, afin de personnaliser la demeure à son goût. Est-ce que les bas-reliefs que nous voyons un peu partout sont son idée ? Difficile de savoir. Par contre, la devise que l’on peut lire à différents endroits de la résidence, « A vaillans cuers riens impossible » (à cœur vaillant rien d’impossible) est celle de Jacques Cœur, et tout le palais regorge d’éléments rappelant que nous nous trouvons chez l’argentier du roi.

Macée de Léodepart, femme de Jacques Cœur

Macée de Léodepart, femme de Jacques Cœur

Nous pouvons donc découvrir des références abondantes au monde maritime, alors que nous sommes à Bourges, en plein centre de la France, à plusieurs centaines de kilomètres de la côte : Jacques Cœur, pour faire du commerce avec les pays étrangers, était logiquement armateur, et possédait du temps de sa splendeur au moins douze galées, les bateaux commerciaux de l’époque. Nous retrouvons des représentations de ces navires marchands dans la bien nommée « Chambre des Galées », où l’on peut trouver un bas-relief notable et le seul vitrail d’époque qui nous soit parvenu.

Vitrail de la Chambre des galées

Vitrail de la Chambre des galées

Bas-relief d'une galée

Bas-relief d’une galée

La visite de ce monument nous plonge en plein cœur de ce siècle, une période qui marque le tout début de la Renaissance, on sortait enfin du Moyen-âge. Nous avons eu la chance d’avoir une guide rien que pour nous, lors de notre visite. Ceci change totalement notre regard sur une maison de pierre ancienne : la guide nous la rendait vivante, répondait à nos questions, et ce, pour le prix du ticket classique du musée. Vous savez, je signale ce genre de détails, parce que lorsqu’on habite à Paris, et qu’on visite un monument au hasard, pas forcément plus beau ou grandiose que le Palais Jacques Cœur, il y a tellement de monde qu’il est tout bonnement impensable de faire la visite avec un guide. A Bourges, nous avions une personne avec qui on discutait, comme si nous étions entre amis.

Façade du Corps de Logis

Façade du Corps de Logis

Hôtel de ville de Bourges

Lorsque Jacques Cœur tombe en disgrâce, en 1451, sa résidence berruyère est pratiquement finie. Avec sa condamnation, en 1453, elle devient propriété du roi, qui ne réussira pas à la vendre. On peut imaginer la raison du manque d’attrait pour cette propriété de la part d’un éventuel acquéreur : d’une part, elle est sûrement extraordinairement chère, et d’autre part, il était évident dans tout le royaume que Jacques Cœur avait été injustement accusé puis condamné ! A tel point que Jacques Cœur fut bien sûr réhabilité en 1457. Il état trop tard, l’homme mourut en croisade en 1456 en tentant d’aider les chrétiens de Constantinople, aux mains des Ottomans depuis 1453. Le Palais fut ainsi rendu aux enfants de Jacques Cœur. Après être de nombreux changements de propriétaires, le Palais, plus belle demeure de la ville (et peut-être du Cher) fut pour un temps la résidence de Colbert, qui la céda à Bourges, qui en fit son Hôtel de Ville.

A gauche, la porte de l'escalier de service

A gauche, la porte de l’escalier de service

Bas-relief représentant un couple qui se dispute

Bas-relief représentant un couple qui se dispute

Ce fut une période funeste pour le Palais, nous ne pouvons voir aujourd’hui que les 2/3 du monument. Une résidence civile n’est pas compatible avec un établissement administratif comme peut l’être une mairie. Les plus gros dégâts seront causés par l’installation des tribunaux de Bourges en 1820. Pour adapter l’édifice aux besoins de l’administration, on remodèle, on brise, on ajoute, dénaturant ainsi complètement le palais. Prosper Mérimée réussi à classer le bâtiment en 1840 en tant que monument historique, ce qui permettra alors de restaurer le palais, non sans quelques erreurs. Ce n’est qu’en 1920 que le tribunal quitte le palais. D’ailleurs, si on dit aujourd’hui « Palais Jacques Cœur » au lieu de « Hôtel Jacques Cœur », c’est un souvenir du temps où le bâtiment était un tribunal…

Détail du Corps de Logis

Détail du Corps de Logis

Aujourd’hui, c’est un régal que d’observer avec attention la riche statuaire du palais. Ces petites statues fourmillent de vie ! Il suffit de regarder un dresseur de singes, aux allures comiques, pour s’en rendre compte. Nous ne sommes pas dans une église, même si nous avons affaire à du gothique, les architectes et les sculpteurs ont donc eu plus de liberté créative, et ont pu échapper au solennel religieux, pour notre plus grand plaisir.

Photos du Palais Jacques Coeur de Bourges

Galerie basse - entrée des escaliers

Galerie basse – entrée des escaliers

Galerie haute sud

Galerie haute sud

Le roi en perd sa couronne - Décor de la chapelle

Le roi en perd sa couronne – Décor de la chapelle

Bas-relief de Tristan et Iseult

Bas-relief de Tristan et Iseult

Escalier de la tour Principale, en colimaçon

Escalier de la tour Principale, en colimaçon

Tribune des musiciens de la Salle des Festins

Tribune des musiciens de la Salle des Festins

La tortue dans ce décor de cheminée est trop mignonne

La tortue dans ce décor de cheminée est trop mignonne

Battant de porte

Battant de porte

Bas-reliefs représentant des soldats

Bas-reliefs représentant des soldats

Voûtes lambrissées

Voûtes lambrissées

Chapelle du Palais

Chapelle du Palais

Décoration de la chapelle

Décoration de la chapelle

La voûte de la Chapelle est peinte

La voûte de la Chapelle est peinte

Oratoire de Jacques Cœur

Oratoire de Jacques Cœur

La chapelle est richement décorée

La chapelle est richement décorée

Décoration des fenêtres : têtes sculptées

Décoration des fenêtres : têtes sculptées

Chambre du conseil, dans le donjon

Chambre du conseil, dans le donjon

Tombeau du Duc Jean

Tombeau du Duc Jean

Escalier de la tour Principale, Corps de Logis

Escalier de la tour Principale, Corps de Logis

Premières toilettes médievales

Premières toilettes médievales

Salle des Festins

Salle des Festins

Infos Utiles

Réservation d’hôtel à Bourges



Booking.com


A découvrir aussi

Commentaires
Lire les articles précédents :
Eglise Saint Louis des Français à Rome
Eglise Saint Louis des Français à Rome

Quand on est français et qu'on va à Rome, il existe un lieu de passage obligé, un point de rendez-vous...

Fermer