A la découverte de la ville de Montpellier

A la découverte de la ville de Montpellier

Il existe une ville au climat clément, à quelques kilomètres de la mer et de jolies plages moins bétonnées qu'en Côte d'Azur, à 3h de TGV de la capitale.

Balade dans les rues de Montpellier

Montpellier est une ville avec un centre-historique et d’anciens monuments qui chérit son passé, mais c’est également une ville moderne tournée vers le futur, dotée de très bonnes écoles et d’une Université réputée, d’une vie nocturne et culturelle importante. Sur le papier, la capitale du Languedoc a tout pour plaire. Ceux qui comme nous cherchent un endroit où vivre en France se doivent absolument d’envisager la ville de Montpellier et sa qualité de vie !

Souvent, les petites rues sont réservées aux piétons, ce qui permet aux bars et autres restaurants de les occuper avec des terrasses.

Souvent, les petites rues sont réservées aux piétons, ce qui permet aux bars et autres restaurants de les occuper avec des terrasses.

L'allée Paul Boulet de l'Esplanade Charles de Gaulle, avec derrière le boulevard Sarrail. On aperçoit l'immeuble de l'ancien cinematographe Pathé, en plein milieu.

L’allée Paul Boulet de l’Esplanade Charles de Gaulle, avec derrière le boulevard Sarrail. On aperçoit l’immeuble de l’ancien cinematographe Pathé, en plein milieu.

Faculté de médecine

La ville de Montpellier, forte de ses 250 000 habitants, est dynamique et jeune : 20% des habitants de la ville sont des étudiants! Il faut dire que la ville possède l’une des plus anciennes universités de France, et la plus ancienne faculté de médecine… du monde, instituée en 1220. Cette faculté fut un moteur de développement pour une ville qui est au final, assez récente à l’échelle de l’histoire européenne : elle ne fut fondée qu’en 985, une des rares qui n’ai pas été fondée pendant l’Antiquité. On comprend mieux quand on sait que la grande ville de l’époque, Sextantio, est aujourd’hui Castelnau-le-Lez, une ville de la périphérie immédiate de Montpellier : ça ne servait à rien de faire deux villes aussi proches l’une de l’autre.

Vue sur l'Ecusson, quartier historique de Montpellier

Vue sur l’Ecusson, quartier historique de Montpellier

Via Domitia

Sous l’Empire Romain, la région était traversée par la voie Domitienne, grand axe routier de ce qui était à l’époque la Narbonnaise. Elle reliait l’Italie à la Péninsule Ibérique. Aujourd’hui, on retrouve cette plus ancienne voie romaine en Gaule à Montpellier. Lorsque la ville fut fondée en 985, elle avait donc déjà tous les atouts qui firent son succès: un climat très ensoleillé sans les désagréments du Mistral, la proximité de la mer, une grande route, et des collines faciles à défendre en cas d’attaque ennemie.

Rue de l'Ecole de Médecine. On reconnaît les deux tourelles de l'entrée de la cathédrale.

Rue de l’Ecole de Médecine. On reconnaît les deux tourelles de l’entrée de la cathédrale.

Locaux de l'Institut Bouisson Bertrand, en face de l'école de médecine. Ils ont pour but principal de vacciner et protéger les populations.

Locaux de l’Institut Bouisson Bertrand, en face de l’école de médecine. Ils ont pour but principal de vacciner et protéger les populations.

Seigneur de Guilhem

Tout commença lorsque le seigneur de Guilhem, pour services rendus, reçoit des mains du Comte de Mauguio, les collines de ce qui est aujourd’hui Montpellier, « Montepestelario » à l’époque. La ville, très commerçante, se développera rapidement, grâce à sa situation sur une des routes du pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle. Qui dit ville commerçante dit également ville cosmopolite, avec la présence d’une forte communauté juive et de nombreux musulmans. Les XIIème et XIIIème siècles correspondent à l’âge d’or de la ville médiévale, son rayonnement intellectuel étant considérable, avec son passage entre les mains des seigneurs d’Aragon. Cette ville médiévale est aujourd’hui le quartier de l’Écusson, ainsi nommé à cause de sa forme.

Entrée de l'école de médecine, avec une statue de chaque coté. On le voit, l'école est collée à la cathédrale.

Entrée de l’école de médecine, avec une statue de chaque coté. On le voit, l’école est collée à la cathédrale.

Statue de Paul-Joseph Barthez, qui devint docteur en médecine à Montpellier. L'autre statue représente François Gigot de Lapeyronie, devenu chirurgien à Montpellier.

Statue de Paul-Joseph Barthez, qui devint docteur en médecine à Montpellier. L’autre statue représente François Gigot de Lapeyronie, devenu chirurgien à Montpellier.

Dans le hall de l'école, avec les bustes des grands hommes passés par là.

Dans le hall de l’école, avec les bustes des grands hommes passés par là.

Catastrophes de Montpellier

Deux catastrophes majeures sont à noter à Montpellier, un reflet de ce qui se passa dans toute l’Europe: la Peste Noire de 1348, qui tua un tiers de la population européenne, et les guerres de religion. La ville, aux habitants de toutes confessions, souffre alors énormément. La protection qu’elle donnait aux Protestants lui valu d’être plusieurs fois assiégée, la Cathédrale Saint-Pierre subissant de nombreux dégâts.

La cathédrale de Montpellier.

La cathédrale de Montpellier.

Le Jardin des Plantes de Montpellier appartient à l'Université, toute proche. C'est le plus ancien jardin botanique de France! A gauche, on reconnaît son observatoire astronomique.

Le Jardin des Plantes de Montpellier appartient à l’Université, toute proche. C’est le plus ancien jardin botanique de France! A gauche, on reconnaît son observatoire astronomique.

Jacques Coeur et Montpellier

Au XVème siècle, lorsque les grandes épidémies se calmèrent, Jacques Coeur, le célèbre argentier du roi, établi dans la ville son activité commerciale. Montpellier était la porte du royaume de France sur la Méditerranée, Marseille ne faisant pas encore partie des possessions du roi de France. Mais malgré tous les efforts de Jacques Coeur, qui était pourtant d’une richesse considérable (on se souvient de son Palais Jacques Coeur à Bourges, sa ville natale), Montpellier ne retrouvera jamais sa puissance de jadis, restant toujours une ville de taille moyenne : l’arrivée de Marseille dans le Royaume de France et les guerres de religion ne l’ont pas aidée.

Les Ursulines, un ancien couvent, aujourd'hui utilisé en tant que Cité Internationale de la Danse.

Les Ursulines, un ancien couvent, aujourd’hui utilisé en tant que Cité Internationale de la Danse.

Entrée de la rue de l'Université, juste à coté des Ursulines.

Entrée de la rue de l’Université, juste à coté des Ursulines.

Renouveau de Montpellier

Avec la pacification du pays, Montpellier peut enfin à nouveau s’embellir et s’enrichir. Aux XVIIème et XVIIIème siècles, de nombreux projets d’urbanisme et de nouveaux monuments sortent de terre: l’Arc de Triomphe est construit, ainsi que la promenade du Peyrou et son château d’eau. De nombreux hôtels particuliers reflètent l’engouement pour cette ville, qui sera à nouveau interrompu par la Révolution. Au XIXème siècle, de grands travaux d’urbanisme, inspirés par ceux de Hausmann à Paris, viennent changer le visage de l’ancien quartier historique, l’Écusson. De nouvelles artères, bordées de beaux immeubles voient ainsi le jour, comme par exemple l’actuelle rue Foch et son Palais de Justice, d’inspiration gréco-romaine.

A gauche, l'arc de Triomphe de Montpellier, dédié à Louis XIV, et à droite, le Palais de Justice.

A gauche, l’arc de Triomphe de Montpellier, dédié à Louis XIV, et à droite, le Palais de Justice.

Place de la Comédie, le point de rencontre des montpelliérains, fut construite en 1755.

Place de la Comédie, le point de rencontre des montpelliérains, fut construite en 1755.

Les immeubles de la place sont de style hausmannien pour beaucoup.

Les immeubles de la place sont de style hausmannien pour beaucoup.

Cette place est décidément piétonne, le tramway étant le principal moyen de transport venant jusqu'ici.

Cette place est décidément piétonne, le tramway étant le principal moyen de transport venant jusqu’ici.

La ville est désormais le centre d’une importante région viticole, qui lui apporta toute sa richesse au XIXème siècle. Mais cette dépendance à la viticulture provoquera la révolte des vignerons du Languedoc en 1907, frappés par la surproduction et la crise qui en découlera. Les 800 000 personnes qui manifestèrent à Montpellier, place de la Comédie, représentent la plus grande manifestation de la IIIème République, et un évènement marquant de son histoire. On en parle pas souvent dans les livres d’Histoire, c’est curieux. On comprend mieux si on sait que Clémenceau lui même donna l’ordre à l’armée d’intervenir pour en finir. La crise se terminera grâce à l’adoption de lois visant à punir les falsifications de vin du Languedoc et la promotion du vin rouge chez les militaires de la guerre de 1914-1918…

Arrêt du tramway à Malbosc, un quartier moderne, mais pas très peuplé.

Arrêt du tramway à Malbosc, un quartier moderne, mais pas très peuplé.

Georges Frêche

Après la deuxième guerre mondiale, c’est l’arrivée de nombreux pieds-noirs, mais aussi d’immigrés venus de toute la Méditerranée qui marquera et changera la population de la ville. Montpellier grandissait trop vite, ce qui provoqua de nombreux problèmes d’urbanisme. La ville explosa démographiquement, passant de 100 000 habitants dans les années 1950 à 200 000 dans les années 1980!  C’est dans ce contexte qu’arrive en 1977 Georges Frêche, nouveau maire de la ville, jusqu’en 2004, lorsqu’il devint président du Conseil Régional du Languedoc-Roussillon.

Et d'autres quartiers, avec leurs petits immeubles anciens, sont populaires, comme ici la rue du Faubourg Figuerolles.

Et d’autres quartiers, avec leurs petits immeubles anciens, sont populaires, comme ici la rue du Faubourg Figuerolles.

Georges Frêche continuera et amplifiera les lourds travaux d’urbanisme initiés par son prédécesseur à la mairie, François Delmas. la face la plus visible de ces immenses travaux est sans aucun doute le quartier Antigone, dessiné par l’architecte Ricardo Bofill. L’arrivée du TGV donna l’impulsion supplémentaire à une ville si dynamique et finalement très accueillante. Georges Frêche aura durablement marqué la ville, à tel point qu’il donne son nom à la place face à la nouvelle mairie : Place Georges Frêche.

Le quartier Antigone, le chef d'œuvre de feu Georges Frêche avec ici l'Hôtel de Région et une reproduction de la Victoire de Samothrace.

Le quartier Antigone, le chef d’œuvre de feu Georges Frêche avec ici l’Hôtel de Région et une reproduction de la Victoire de Samothrace.

Mais arrêtons ici le cours d’histoire ou les fleurs pour Montpellier, tout n’étant pas si rose. En 2012, le chômage y est très important, avec 12% de personnes sans emploi, au dessus de la moyenne nationale, et un plus grand nombre d’emplois précaires. De plus, certains quartiers populaires n’ont pas forcément la meilleure réputation en termes de sécurité, comme ceux qui furent construits à la va-vite dans les années 70 pour accueillir la nouvelle population venue d’Afrique du Nord. La ville continue de grandir, bon gré mal gré, en direction de la mer, où un jour, elle englobera Lattes, l’ancien port fluvial médiéval, et surtout Palavas-les-Flots, importante station balnéaire de la région.

Photos de Montpellier

L'arc de Triomphe de Montpellier, érigé en 1691 par l'architecte Augustin-Charles d'Aviler

L’arc de Triomphe de Montpellier, érigé en 1691 par l’architecte Augustin-Charles d’Aviler

Entrée de la promenade du Peyrou, coté rue Clapiès.

Entrée de la promenade du Peyrou, coté rue Clapiès.

Gros plan sur la décoration du portail de la promenade du Peyrou, avec des symboles républicains.

Gros plan sur la décoration du portail de la promenade du Peyrou, avec des symboles républicains.

Ce splendide château d'eau, sur la promenade du Peyrou, fait face à l'arc de triomphe monumental.

Ce splendide château d’eau, sur la promenade du Peyrou, fait face à l’arc de triomphe monumental.

Il fut construit en 1768 par Henri Pitot, d'inspiration gréco-romaine avec ses colonnes corinthiennes.

Il fut construit en 1768 par Henri Pitot, d’inspiration gréco-romaine avec ses colonnes corinthiennes.

Le château d'eau est alimenté par un grand aqueduc, dont la partie finale, les Arceaux, est visible ici. En bas, vous apercevez la célèbre photo de Jean Moulin, qui fut prise à cet endroit en 1939.

Le château d’eau est alimenté par un grand aqueduc, dont la partie finale, les Arceaux, est visible ici. En bas, vous apercevez la célèbre photo de Jean Moulin, qui fut prise à cet endroit en 1939.

La Promenade du Peyrou possède une vue panoramique sur la ville moderne.

La Promenade du Peyrou possède une vue panoramique sur la ville moderne.

Lampadaire de la Promenade du Peyrou. Ils sont particulièrement bien décorés, les vitres étant peintes.

Lampadaire de la Promenade du Peyrou. Ils sont particulièrement bien décorés, les vitres étant peintes.

En attendant le tramway, boulevard Louis Blanc.

En attendant le tramway, boulevard Louis Blanc.

On pourrait tout aussi bien prendre un vélo, avec le service Vélomagg' , le vélo en libre-service de la ville.

On pourrait tout aussi bien prendre un vélo, avec le service Vélomagg’ , le vélo en libre-service de la ville.

Une rue ancienne, étroite. Les volets sont bleus et impeccables.

Une rue ancienne, étroite. Les volets sont bleus et impeccables.

Certains immeubles sont plusieurs fois centenaires.

Certains immeubles sont plusieurs fois centenaires.

La place Candolle est une petite place, au cœur du centre historique, entre la rue de Candolle et la rue du four St Eloi. L'ombre de ses arbres est appréciable lorsqu'on est en plein soleil!

La place Candolle est une petite place, au cœur du centre historique, entre la rue de Candolle et la rue du four St Eloi. L’ombre de ses arbres est appréciable lorsqu’on est en plein soleil!

J'adore les terrasses de cet immeuble de la Place Saint Pierre où se trouve la cathédrale.

J’adore les terrasses de cet immeuble de la Place Saint Pierre où se trouve la cathédrale.

Nous sommes ici à la frontière de la ville historique. On aperçoit le clocher du Carré Saint-Anne, une ancienne église reconvertie en espace culturel.

Nous sommes ici à la frontière de la ville historique. On aperçoit le clocher du Carré Saint-Anne, une ancienne église reconvertie en espace culturel.

L'Opéra Comédie, qui donne son nom à la place. Inauguré en 1888, son architecte, Joseph-Marie Cassien-Bernard, fut un élève de Charles Garnier. On note la statue des trois grâces.

L’Opéra Comédie, qui donne son nom à la place. Inauguré en 1888, son architecte, Joseph-Marie Cassien-Bernard, fut un élève de Charles Garnier. On note la statue des trois grâces.

Infos Utiles

[osm_map lat= »43.605" lon= »3.877" zoom= »11" width= »100% » height= »450"]

Localisation de Montpellier


A découvrir aussi

Commentaires
Lire les articles précédents :
La médina de Marrakech
La médina de Marrakech

Marrakech, la ville rouge, fondée en 1062 présente un centre ville historique parmi les plus grands (700 hectares) et les...

Fermer