Paysages de France vu d’un TGV Paris Marseille

Voir aussi :

Le TGV a permis de raccourcir les distances entre les principales villes de France, rapprochant les français entre eux et améliorant la mobilité de la population.

Le Train Grande Vitesse

Aujourd’hui, on peut traverser le pays, de Marseille à Paris en un peu plus de trois heures, de façon confortable, sans même avoir à passer par un check in ou contrôle d’identité. Faire autant de distance en si peu de temps, autant dire qu’on en voit, des paysages divers et variés dignes d’un fond d’écran! Rendez-vous compte : en si peu de temps, on traverse pas moins de 4 régions françaises, soit 863 kms (comme indiqué sur mon billet de train). On peut voir des forêts, des campagnes, des banlieues, des villages, des fleuves, des champs, des vignes, bref, la France. Je vous propose de voyager avec moi tout au long du trajet en TGV allant de Marseille à Paris. Tout autant de pistes pour mieux explorer notre beau pays dans le détail lors de futurs voyages.

Gare Saint Charles de Marseille

Gare Saint Charles de Marseille

Gare Saint-Charles

Départ dans l’après-midi de la Gare Saint Charles. Cette gare a été rénovée récemment. Les travaux furent longs et interminables, mais finalement, les marseillais ont enfin une gare digne de leur ville. Bon, il y a encore quelques détails à corriger, mais ça viendra. Il faut savoir que cette gare a vu son trafic doubler entre 2000 et 2007, principalement grâce à la LGV, Ligne Grande Vitesse, mettant donc Paris à 3 heures de distance. Des personnes comme moi peuvent venir beaucoup plus souvent en vacances dans la cité Phocéenne, et ça… c’est bien. Qui se souvient de Marseille et de sa gare sale et moche sera sans doute surpris par l’actuelle gare, mais aussi par le quartier, en totale mutation. On va dans le bon sens. Il suffit de regarder, en haut de l’esplanade, le magnifique escalier monumental, avec au loin Notre Dame de la Garde, pour se rendre un peu compte de la beauté de la ville et de son énorme potentiel.

Escalier Monumental du Boulevard d'Athènes

Escalier Monumental du Boulevard d’Athènes

Le train part à l’heure, comme toujours. Les retards sont plus fréquents à l’arrivée, mais ne sont jamais dramatiques. Bien sûr, quand je dis « jamais », je parle de 95% des fois, faut être réaliste, personne n’est à l’abri d’une panne technique, d’un accident voyageur et ainsi de suite. En quittant la gare, la première chose que l’on voit, c’est les petites maisons modestes de la ville ou des murs tagués. C’est un peu partout pareil en France, les habitations étant à proximité des voies ferrées étant toujours plutôt habitées par des pauvres. Ce n’est pas tout le monde qui a envie d’avoir un voisinage aussi bruyant!

Maisons marseillaises

Maisons marseillaises

Port autonome de Marseille

Port autonome de Marseille

En sortant de la gare, on peut avoir un rapide panorama de la ville, du port autonome aux collines… une visite express comme seul le TGV sait faire!

Traditionnels tags à la sortie des gares

Traditionnels tags à la sortie des gares

Départ de Marseille

Sur la photo ci-dessus, en plus des tags, si vous regardez bien au fond à gauche, vous apercevrez Notre Dame de la Garde. Je vous invite d’ailleurs à cliquer sur la photo pour la voir en grand sur Flickr :) , mes photos ont toujours plusieurs détails qui valent les 10 secondes où l’on s’y attarde. La basilique est omniprésente à Marseille, impossible de ne pas la voir. La prochaine ville sur le parcours, et seul arrêt d’ici Paris sur mon trajet : Aix-en-Provence. L’autre arrêt possible étant Avignon, une autre très belle ville de Provence, déjà visitée par votre serviteur lors d’une promenade dans le centre historique, et qui y retournera volontiers!

Gare d'Aix-en-Provence TGV

Gare d’Aix-en-Provence TGV

La gare d’Aix-en-Provence n’est pas du tout en ville. Elle est distante de plusieurs kilomètres, inutile de penser à faire le trajet à pied pour rejoindre, en partant de la gare, le centre-ville. L’arrêt est très bref, et on repart aussi sec. C’est la seule étape du trajet, 30 min après le départ de Marseille. A partir d’ici, on en a pour 2h45 à rejoindre Paris. 2h45 pour traverser la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur, le Rhône-Alpes, la Bourgogne et l’Île-de-France. Et croyez moi, malgré tout, lorsqu’on est dans le TGV, on peut quand même trouver ça long! Mais même si c’est « long », on est dans un train, pas dans un avion. Du coup, on a pas de ceinture à attacher, on peut se balader dans les wagons, aller jusqu’au bar chercher des boissons ou un plat chaud, sur notre bon vieux plancher des vaches.

Intérieur du TGV Paris-Marseille

Intérieur du TGV Paris-Marseille

On peut croiser plusieurs types de trains, dans une gare, évidemment. Pour le plaisir des fans des chemins de fer (et il y en a beaucoup), j’ai fait des photos des trois trains les plus emblématiques de France : le Téoz, le TER et le TGV.

Train Téoz en gare de Marseille

Train Téoz en gare de Marseille

Un TER en sortant de la cité phocéenne

Un TER en sortant de la cité phocéenne

Le TGV, fleuron de la technologie française

Le TGV, fleuron de la technologie française

Campagne française

Mais place aux paysages de la campagne française. Aussitôt sortit d’Aix-en-Provence, on rentre dans la France profonde, sans passer par Lyon, comme auparavant. Il n’y a plus d’arrêt. La LGV a été construite en prenant compte de la nuisance que les trains à grande vitesse peuvent générer pour les riverains. Du coup, on passe dans des endroits faiblement peuplés, dans la mesure du possible. Notre TGV Paris Marseille (ou Marseille Paris) traverse ainsi bon nombre de campagnes, de petits villages et de hameaux. C’est dingue le nombre de maisons ou de fermes isolées qu’il peut y avoir, je me demande toujours comment ça peut bien être de vivre dans une maison avec le premier voisin à plusieurs kilomètres! En tout cas, vu le paysage qu’un habitant d’une de ces maisons peut avoir, ça vaut peut-être la peine d’y vivre. Hormis bien sûr la ligne du TGV!

Village français en pleine campagne

Village français en pleine campagne

On s’aperçoit, lors de ce voyage et des régions traversées, que la France est un pays éminemment agricole. Tout est cultivé, tout est façonné et contrôlé par l’Homme. Il n’y a pas de perte de terrains, même les forêts que l’on peut voir ici et là sont pensées, avec les arbres soigneusement plantés. Vu de la fenêtre d’un train, c’est magnifique. Ces paysages à perte de vue, ces bottes de paille soigneusement rangées, ces terres cultivées, jaunes, vertes… c’est beau, la France.

Bottes de paille

Bottes de paille

Paysages verts et de forêts

Paysages verts et de forêts

Passer le temps

D’autres personnes vont préférer lire tranquillement leur journal ou regarder un film dans le train. Personnellement, je préfère rêver en regardant les paysages, essayer d’imaginer la vie des gens qui habitent ces endroits. De temps en temps, on voit une route au loin, avec une voiture ou deux. Où vont-ils? Que font-ils? Je me dis que la vie doit être beaucoup plus calme qu’à Paris, qui se rapproche d’ailleurs à toute vitesse. Les premières industries commencent à faire leur apparition, entrecoupant les terrains agricoles par des cheminées et des lignes de haute tension.

Lire son journal dans le TGV

Lire son journal dans le TGV

L'industrie, très présente

L’industrie, très présente

Arrivée à Paris

On arrive en banlieue parisienne. Ici, les paysages urbains ont pris la relève sur les paysages de campagne. On nous sommes presque arrivés. La banlieue parisienne, on oublie souvent quand on en entend parler à la télé, mais ce n’est pas que des HLM. C’est aussi la banlieue des maisons individuelles, des petits villages qui ont été rattrapés par l’agglomération parisienne, mais qui ont conservé leurs traditions, leur petite église, leur place du village et son marché…

Paysage de banlieue parisienne

Paysage de banlieue parisienne

Mon petit voyage se termine, bien rapidement il est vrai. La Gare de Lyon est toujours aussi belle, mais toujours aussi mouvementée. C’est avec des paysages et des collines vertes plein la tête qu’on repart pour une nouvelle semaine de boulot parisien, en attendant un prochain voyage dans la campagne française… qui vaudra le coup, ne serait-ce que pour ne pas avoir le reflet des vitres du TGV sur les photos :D

Lignes de chemin de fer

Lignes de chemin de fer

Gare de Lyon

Gare de Lyon


A découvrir aussi

Commentaires
Lire les articles précédents :
Maisons du centre historique de Bourges
Maisons du centre historique de Bourges

Située en plein cœur de la France, presque au centre géographique, Bourges possède de nombreux atouts pour les personnes qui...

Fermer