http://vicedi.com/musees-vatican/

Musées du Vatican, de la Chapelle Sixtine à la Pinacothèque

Voir aussi :

Nulle part ailleurs nous ne pouvons trouver autant de richesses artistiques et historiques comme à la cité du Vatican. Nulle part ailleurs il existe autant d’objets, d’œuvres majeures de l’Humanité.

Les 11 musées du Vatican concentrent des trésors uniques et inestimables et qui contrairement à d’autres musées, n’ont pas construit leurs collections en les dérobant à d’autres peuples. Le succès de ce musée n’a jamais été démenti, avec une foule immense de touristes et de visiteurs, venus voir les collections et les trésors de ces musées uniques au monde. Visitons nous aussi les immenses collections et les nombreux trésors artistiques du Vatican, réunis sur des siècles d’Histoire par les souverains pontifes.

Les musées furent fondés en pleine Renaissance Italienne, par le pape Jules II au début du XVIe siècle, réunissant les collections privées de la papauté. Tout commença avec la découverte en 1506 du Groupe du Laocoon. Cet ensemble de statues est une œuvre absolument capitale du patrimoine sculptural de l’Humanité. On dit qu’à sa vue, Michel Ange lui-même aurait pleuré, tant l’émotion était forte. Le Pape l’acheta au viticulteur qui avait trouvé le Laocoon dans son champ, près de Santa Maria Maggiore à Rome, et la plaça un mois plus tard au Vatican. Les musées seront construits petit à petit autour de cette œuvre centrale.

Les musées sont tout proches de la basilique Saint-Pierre

Les musées sont tout proches de la basilique Saint-Pierre

Chapelle Sixtine

Les Musées du Vatican possèdent tant de richesses qu’il est difficile de faire un article complet, chacune méritant à elle seule un article à part entière ! Parlons par exemple de la célébrissime Chapelle Sixtine, haut lieu de la peinture mondiale, œuvre majeure de Michel Ange, mais aussi de Botticelli. Le célèbre plafond, peint de main de maître par Michel Ange pendant 4 ans, représentant Dieu donnant la vie à Adam, père de l’Humanité, n’est plus à présenter, ni le Jugement Dernier, de l’artiste italien également. La chapelle Sixtine est toujours utilisée lors des conclaves, l’élection des papes par les cardinaux catholiques. En la visitant, je dois avouer que je n’ai pas été si « estomaqué » de la voir. Peut-être que le trop grand nombre de personnes a tout simplement gâché mon plaisir, peut-être que les peintures de la voûte par Michel Ange sont trop hautes, à plus de 20m, peut-être que j’ai donné plus d’importance à d’autres merveilles présentes au Vatican…

Peinture de Boticelli de la Chapelle Sixtine, la Tentation de Christ

Peinture de Boticelli de la Chapelle Sixtine, la Tentation de Christ

Fresques de Michel Ange du plafond de la Chapelle Sixtine

Fresques de Michel Ange du plafond de la Chapelle Sixtine

Musée Chiaramonti, statues de l’Empire Romain

Statues romaines du Musée Chiaramonti

Statues romaines du Musée Chiaramonti

Ce musée fut fondé par le pape Pie VII Chiaramonti au début du XIXe siècle, pour regrouper les extraordinaires richesses sculpturales héritées de l’Empire Romain. Nous pouvons trouver ici plus d’un milliers de sculptures, entre des bustes et statues d’empereurs, des bas reliefs ou des frises venant de sarcophages. Pour la petite histoire, un millier de statues ne donnent qu’une vague idée de ce qu’avait été la sculpture à l’époque impériale : elles étaient originellement peintes.

Braccio Nuovo

Mosaïque romaine sur le sol du Braccio Nuovo, venant de Tor Marancia, sur la Via Ardeatina

Mosaïque romaine sur le sol du Braccio Nuovo, venant de Tor Marancia, sur la Via Ardeatina

Cette nouvelle galerie, projetée par l’architecte Raffaele Stern et voulue par le pape Pie VII et inaugurée en 1822, regroupe les principales statues de l’époque impériale, qui avaient été confisquées par Napoléon. C’est ici que l’on retrouve la statue d’Auguste de Prima Porta, une copie romaine du Doryphore de Polyclète, des paons de bronze provenant du Mausolée d’Hadrien ou la Colosse du Nil et ses enfants. On remarquera également les mosaïques au sol, notamment celles représentant les Voyages d’Ulysse, datant du IIe siècle.

Le Braccio Nuovo, Musée Chiaramonti

Le Braccio Nuovo, Musée Chiaramonti

Chapiteau corinthien du Braccio Nuovo

Chapiteau corinthien du Braccio Nuovo

Musée Pio-Clementino

Groupe du Laocoon

Groupe du Laocoon

Vasque de porphyre dans la Salle Ronde du Musée Pio Clementino

Vasque de porphyre dans la Salle Ronde du Musée Pio Clementino

Le Musée Pio-Clementino est pour moi le cœur même des Musées du Vatican. C’est ici que nous trouverons le groupe du Laocoon, dans une des chapelles de la cour octogonale du Belvédère. L’ensemble du Laocoon représente un troyen et ses enfants, étranglés par des serpents alors qu’ils tentaient de prévenir les habitants de Troie du piège grec. C’est au Musée Pio-Clementino que nous trouverons également la Salle Ronde, où trône fièrement en son centre la « baignoire » de Néron, toute en porphyre rouge et taillée d’un seul bloc, posée sur une superbe mosaïque. A noter également l’Apollon du Belvédère ou Persée et la tête de la Méduse. Vous l’aurez compris, les statues grecques et romaines sont des pièces maitresses de notre patrimoine artistique !

Mosaïques romaines de la Salle Ronde, provenant des Thermes d'Otricoli

Mosaïques romaines de la Salle Ronde, provenant des Thermes d’Otricoli

Dôme de la Salle Ronde, directement inspiré du Panthéon

Dôme de la Salle Ronde, directement inspiré du Panthéon

La Salle des Animaux, avec ses mosaïques et ses sculptures d’animaux, les tombeaux de Sainte Hélène et de Constance, et la Salle des Muses avec son Torse du Belvédère, qui influença tellement Michel Ange, valent également que l’on s’y attarde longuement. Le Musée Pio-Clementino est constitué de nombreuses salles et galeries, 54 au total, toutes avec leurs caractéristiques uniques. Il faut traverser les 53 premières salles pour avoir l’honneur d’accéder à la dernière, qui n’est autre que la Chapelle Sixtine elle-même.

Chambres de Raphaël

Lorsque le nouveau pape Jules II voulu déménager des appartements Borgia, symboles de la décadence de la papauté en la personne d’Alexandre VI, il s’installa dans les chambres de Raphaël, peintes par l’artiste lui-même pour l’occasion. Ces chambres regorgent évidemment de trésors comme partout au Vatican, avec notamment l’Ecole d’Athènes, dans la Chambre de la Signature. Le musée, situé au Palais du Belvédère, fut fondé par le pape Clément XIV en 1771 puis agrandit par le pape Pie VI, d’où son nom de Pio-Clementino. Dans la Chapelle Nicoline, chapelle construite pour le pape Nicolas V, nous trouvons des fresques de Fra Angelico, qui marquent le début de la Renaissance en Italie.

L'incendie du Borgo, de Raphaël

L’incendie du Borgo, de Raphaël

Plafond de la Salle des Papyrus, par Raphaël Mengs

Plafond de la Salle des Papyrus, par Raphaël Mengs

Appartements Borgia

Les fameux appartements du pape Alexandre VI. Au-delà de l’histoire de débauche de ce pape, il faut reconnaître que ses appartements étaient magnifiques, avec de superbes fresques de Pinturicchio. La « femme » du pape, mère de ses quatre enfants, y est représentée en vierge de l’annonciation…

Musée égyptien

Rome a toujours été amoureuse de l’Egypte. De nombreuses statues égyptiennes présentes à Rome sont dans la Ville Eternelle depuis l’Empire ! C’est en 18839 que Grégoire XVI, désireux de regrouper les trésors d’Egypte en un seul endroit, fonde le Musée égyptien du Vatican, où l’on retrouvera des statues qui étaient déjà présentes à Rome depuis l’Empire, mais également ce qui est apporté par les fouilles archéologiques. Ce musée, bien qu’intéressant, est pour moi « hors contexte » ou presque. Nous sommes à Rome, pas en Egypte…

Je serais presque pour un « échange » : l’Egypte donne à l’Italie ses objets issus de l’Empire Romain, et l’Italie rend à l’Egypte ses objets issus de l’Antiquité Egyptienne. Mais bien sûr, il ne m’est pas possible d’être pour une telle initiative, tout simplement parce que ça serait renier la part romaine de l’Egypte, et la part Egyptienne de Rome : ces deux endroits du globe ont été pendant de nombreux siècles liés, politiquement et culturellement. Cléopâtre était bien descendante de grecs, et avait aimé César puis Marc Antoine…

Cour de la Pigne

Cour de la Pigne et la sphère d'Arnaldo Pomodoro

Cour de la Pigne et la sphère d’Arnaldo Pomodoro

Ce n’est pas un musée, mais il est digne d’intérêt. Oui, comme partout ailleurs à un tel endroit. La Cour de la Pigne, en plus d’être un endroit agréable pour se reposer après tant d’émotions, est un emplacement idéal pour observer l’architecture des musées. On notera surtout la grande statue de bronze venant d’une fontaine de l’époque impériale, cette pomme de pin qui a donné son nom à la cour. On dit « pigna » en italien pour « pomme de pin », et pomme de pin se dit « pigne » dans les Landes de Gascogne. On trouvera également dans la Cour de la Pigne une œuvre d’Art moderne, une sphère du sculpteur contemporain Arnaldo Pomodoro, de la même hauteur que la Pigne, 4m.

La pomme de pin, entourée de deux paons

La pomme de pin, entourée de deux paons

Détail de la pomme de pin en bronze de la Cour de la Pigne

Détail de la pomme de pin en bronze de la Cour de la Pigne

Musée Grégorien Etrusque

Les étrusques étaient un peuple énigmatique, que nous connaissons mal aujourd’hui. Ils étaient voisins des Romains, à l’époque où Rome n’était encore qu’un groupement de villages, dominés par un Roi. Les étrusques étaient si proches de Rome, qu’ils en devinrent même les souverains pour un temps, jusqu’à l’institution de la République. C’est dans ce musée que l’on retrouvera de nombreux objets étrusques, qui méritent que l’on s’y attarde, pour connaître un peu mieux cet ancien peuple qui avait tant influencé les Romains, et par conséquent, l’Occident actuel.

Les musées d’Art religieux : Musée Missionaire-Ethnologique, le Musée Pio Cristiano  et la Collection d’Art religieux moderne

Le Vatican est peut-être le centre religieux catholique par excellence, mais n’est pas un endroit fermé aux autres religions. On peut y trouver d’autres trésors, venus d’autres religions, comme ce que l’on peut voir au Musée Missionnaire-Ethnologique. On y trouve des objets rapportés par des missionnaires, appartenant à toutes les religions, que ce soit le bouddhisme, l’hindouisme…

Le Musée Pio Cristiano nous montre ce qu’était la Chrétienté de ses débuts, à l’époque paléochrétienne. C’est l’époque des catacombes, l’époque où les chrétiens devaient se cacher pour prier. C’est un musée émouvant, qui nous rappelle les difficultés que durent endurer ces premiers chrétiens, plus proches que tout autres de la volonté du Christ, sans que leur religion ne soit détournée et déformée au fil des siècles.

L’église catholique a toujours été l’une des principales aides des artistes, en leur passant de nombreuses commandes pour décorer les églises. Cette aide ne s’est jamais arrêtée, et continue encore de nos jours : les différentes églises de ce monde ont toujours autant besoin de décorations, de représentations du Christ, du chemin de croix, des apôtres. J’ai été pour ma part assez surpris il y a quelques années de voir l’église appuyer un concours d’Art Contemporain ! On retrouve dans la Collection d’Art religieux moderne des artistes que nous n’associons pas habituellement à la religion. On retrouve Kandinsky, Picasso, Auguste Rodin, Van Gogh, Gauguin, Dali, Matisse…

La Pinacothèque

Si on désire voir des peintures plus anciennes, c’est à la pinacothèque qu’il faut venir. Son bâtiment fut construit en 1931 sous Pie XI, pour y garder des œuvres des grands maîtres italiens, du Moyen Âge au XIXe siècle. On trouvera des œuvres de Giotto, de Fra Angelico, de Raphael, de Léonard de Vinci, de Caravage parmi tant d’autres.

Sur la façade de la Pinacothèque, les noms des plus grands artistes italiens

Sur la façade de la Pinacothèque, les noms des plus grands artistes italiens

Les Galeries du Vatican

Ancienne carte en métal

Ancienne carte en métal

Plafond de la Galerie des Cartes

Plafond de la Galerie des Cartes

Le Vatican possède plusieurs galeries, richement décorées et abritant des collections exceptionnelles. On retiendra la Galerie des cartes géographiques, longue de 120m, regroupant une quarantaine de cartes datant du XVIe siècle, représentant les territoires de l’église. La Galerie des candélabres regroupe des statues romaines ou des répliques de statues grecques. Elle doit son nom aux grands candélabres du IIe siècle qui s’y trouvent. Je vous conseille de levez les yeux vers le plafond, rien que pour admirer les incroyables peintures ! Ces peintures m’ont donné un mal de fou : j’ai beaucoup cherché pour pouvoir trouver le nom de leurs auteurs, Ludwig Seitz et Domenico Torti. J’ai tout simplement été subjugué parce le travail de Seitz, un allemand né à Rome, qui nous a fait ici la majorité des peintures du plafond, commandées par Léon XIII. Le sol, en marbres de différentes couleurs, est lui aussi une merveille. La Galerie des tapisseries expose des tapisseries flamandes, réalisées à Bruxelles par des élèves de Raphaël. La Galerie lapidaire présente une collection d’épigraphes.

Fresque du plafond de la Galerie des Candélabres, par Ludwig Seitz

Fresque du plafond de la Galerie des Candélabres, par Ludwig Seitz

Musée des carrosses

Les papes ont toujours eu des besoins spéciaux en matière de transports. Une chance que le pape Paul VI eu la généreuse idée de regrouper dans un musée quelques uns des plus beaux moyens de transports utilisés par les papes. On pourra ainsi y trouver une chaise à porteurs ayant appartenu à Léon XIII, ou la Citroën Lictoria Sex de Pie XI, datant de 1930, cadeau d’André Citroën lui même…

Les bibliothèques du Vatican

La bibliothèque apostolique est l’un des endroits les plus prisés par les écrivains et autres raconteurs d’histoires. C’est ici que se trouvent les archives secrètes du Vatican ! Cette bibliothèque, une des plus anciennes du monde, regroupe des trésors de la littérature mondiale inestimables, mais également des documents secrets, des objets uniques que seul le pape pourrait avoir le droit de voir. C’est l’endroit de toutes les affabulations, que seuls quelques élus ont la chance de visiter. Nous, simple public, n’avons le droit de visiter que quelques salles, richement décorées, comme la Salle Sixtine de la bibliothèque Vaticane. C’est ici que nous trouverons les livres les plus rares, des manuscrits qui y sont conservés qui ont une valeur inouïe pour l’humanité toute entière. La plus ancienne bible du monde y est conservée, le Codex Vaticanus, datant du IVe siècle, le siècle de Constantin ! Cette bible est la source principale pour les traductions modernes de la Bible.

Bible du Musée du Vatican

Bible du Musée du Vatican

Musée grégorien profane

On trouve dans ce musée les collections venues de l’ancien musée du Latran. Ce sont des objets issus de fouilles faites dans la région.

Le nouveau musée du Vatican : le Musée philatélique et numismatique

Un musée n’est pas figé, et évolue, au gré des découvertes archéologiques ou des nouveautés artistiques. Parfois, tout un musée s’impose, afin de regrouper en un seul lieu des collections et des objets logiquement liés. C’est le cas de ce nouveau musée, inauguré en 2007, qui présente les monnaies et les timbres du Vatican, de 1929 à aujourd’hui.

L'escalier de Giuseppe Momo

L’escalier de Giuseppe Momo

Les richesses sont si nombreuses, si importantes, que nous n’avons pu vous montrer qu’une infime partie de ce que l’on peut trouver aux Musées du Vatican. Un élément architectural impossible à rater, parce qu’il faut le prendre pour sortir, c’est « l’escalier de Bramante ». Cet escalier, œuvre de Giuseppe Momo en 1932, est une double hélice. Les gens qui montent et ceux qui descendent ne se croisent pas ! La confusion avec Bramante est due à un autre escalier conçu par Bramante à l’époque de Jules II, qui se trouve au musée Pio-Clementino. Je pense qu’il va falloir revenir aux Musées du Vatican, et plus d’une fois, pour pouvoir apprécier toutes les œuvres d’Art, qu’elles soient issues de l’Architecture, de la Peinture, de la Sculpture…

La verrière apporte la lumière du jour à l'éscalier hélicoïdal de Giuseppe Momo

La verrière apporte la lumière du jour à l’éscalier hélicoïdal de Giuseppe Momo

Photos des Musées du Vatican

Garde suisse, détail de la fresque de Francesco Podesti

Garde suisse, détail de la fresque de Francesco Podesti

Salle de l'Immaculée Conception

Salle de l’Immaculée Conception

Sarcophage de Sainte Hélène

Sarcophage de Sainte Hélène

Buste de Cicéron

Buste de Cicéron

Vitrail de la Vierge Marie et de l'enfant Jésus, par Giuseppe Bertini

Vitrail de la Vierge Marie et de l’enfant Jésus, par Giuseppe Bertini

Fontaine à l'éxtérieur des musées

Fontaine à l’éxtérieur des musées

Magnifique bas relief romain

Magnifique bas relief romain

L'entrée des musées du Vatican

L’entrée des musées du Vatican

Une des nombreuses galeries des musées du Vatican

Une des nombreuses galeries des musées du Vatican

Bas relief, avec des légionnaires romains

Bas relief, avec des légionnaires romains

Statue du Nil et de ses enfants

Statue du Nil et de ses enfants

Bas reliefs romains

Bas reliefs romains

Cour octogonale du Belvédère

Cour octogonale du Belvédère

Mosaïque du IIIe siècle représentant Athéna, Salle à croix grecque

Mosaïque du IIIe siècle représentant Athéna, Salle à croix grecque

La Cour du Belvedere sert de Parking

La Cour du Belvedere sert de Parking

Infos Utiles


A découvrir aussi

Commentaires
Lire les articles précédents :
Le Panthéon de Rome
Voyage dans la Rome Antique : le Panthéon

Ce sont 1900 ans d’Histoire qui sont présents dans cet ancien temple païen, dédié à l’ensemble des dieux romains.

Fermer