Issoire et son église de Saint Austremoine : ballade en Auvergne

Issoire et son église de Saint Austremoine : ballade en Auvergne

Voir aussi :

Une des plus belles régions de France, très accueillante et où il fait bon vivre, c'est l'Auvergne. Il n'y a pas de doute à dire que l'eau y est meilleure qu'ailleurs, que l'air de la montagne est vivifiant et qu'en plus, l'immobilier n'y est pas trop cher.

Eglise d’Issoire

Pour ceux qui veulent sortir de la grande ville, que ce soit Paris, Lyon ou Marseille, l’Auvergne est un très bon choix. Une de ces petites villes auvergnates, à la culture plusieurs fois centenaire et à l’église romane célèbre dans toute la région, c’est Issoire, que nous avons eu la chance de pouvoir visiter. Je vous propose d’en savoir un peu plus dans cet article sur son église, monument majeur d’Issoire, l’église de Saint-Austremoine.

Eglise d'Issoire

Eglise d’Issoire

Tour de l'Horloge à droite

Tour de l’Horloge à droite

Façades colorées d’Issoire

Nous avions déjà visité en Auvergne la ville de Saint-Nectaire, célèbre pour son savoureux fromage. C’était une destination de rêve en France pour passer un week-end au calme et dépaysant. C’est sur le chemin du retour que nous nous sommes arrêtés à Issoire, une ville tout aussi auvergnate, mais très différente dans son architecture civile. J’ai été particulièrement surpris par les façades des immeubles du centre-ville, qui m’ont furieusement rappelé les façades des immeubles colorées comme on peut le voir dans le Sud, et plus particulièrement au Portugal par exemple. Même les fenêtres aux petits carreaux y ressemblent fortement. Si quelqu’un a une explication logique à cette ressemblance, je suis preneur! Quoiqu’il en soit, ça me donne envie d’en connaître plus sur Issoire, sans doute dans un prochain article! Issoire possède de nombreuses petites places, mais une en particulier se distingue: je veux bien sûr parler de la place face à l’église, dominée par le clocher bien entendu, mais également par la tour de l’Horloge – ancien beffroi – qu’on aperçoit sur un coté.

Clocher octogonal, typiquement auvergnat

Clocher octogonal, typiquement auvergnat

A gauche, façade de l'église romane

A gauche, façade de l’église romane

La ville d’Issoire existe depuis au moins l’époque gallo-romaine, où elle était connue sous le nom d’Isiodorensis. C’est vers le milieu du IIIe siècle que le premier évêque d’Auvergne, saint Austremoine, fit construire dans la ville un monastère. Nous étions alors en plein essor du christianisme dans un Empire Romain alors en crise. En 474, à la toute fin de l’Empire Romain, les Wisigoths passent par Issoire. Le monastère ne se relèvera pas des pillages, et tombera dans l’oubli. Au Xe siècle, plusieurs siècles plus tard donc, un nouveau monastère est consacré. Ce monastère va prospérer tout au long du Moyen-âge, pour finalement déboucher au XIIe siècle sur l’église actuelle.

A gauche, collatéral de la nef, à droite, orgue de l'église d'Issoire

A gauche, collatéral de la nef, à droite, orgue de l’église d’Issoire

Façades d'immeubles colorées

Façades d’immeubles colorées

Abbatiale de Saint Austremoine, Art Roman auvergnat

Intérieur polychromatique

Intérieur polychromatique

L’église de Saint-Austremoine d’Issoire est une des cinq églises « majeures » d’Auvergne, comme l’église de Saint-Nectaire. L’église d’Issoire partage d’ailleurs avec sa congénère de Saint-Nectaire bon nombre de caractéristiques communes, les deux édifices étant de purs exemples de l’Art Roman auvergnat. Construites en arkose, un type de grès couramment utilisé en Auvergne, très résistant à la pluie, c’est une abbatiale bénédictine.

Place devant l'église

La Tour de l’Horloge, à droite

L’église fut fortement rénovée au XIXe siècle, avec la reconstruction des clochers, sérieusement endommagés avec les guerres de religion puis avec la Révolution Française. Ces campagnes de restauration ont permis à l’église d’Issoire de récupérer en 1859 les peintures intérieures qu’elle arborait au Moyen-âge, même si il existe une polémique : les motifs représentés ne sont pas forcément romans. On reconnait l’église auvergnate à son « massif barlong », le parallélépipède que l’on peut voir sous le clocher octogonal. Ce qui démarque cette église sur ses congénères, c’est son chevet imposant et peint de plusieurs couleurs. C’est avec grand plaisir que l’on découvre cette église, bien entretenue, qui nous donne une vision différente de ces églises de pierre, monochromatiques et tristes. Ici, même si nous sommes dans une église romane aux murs épais, les piliers peints de couleurs vives égayent le lieu. Mention spéciale pour les chapiteaux du choeur, richement peints et décorés.

Photos d’Issoire

Petite place d'Issoire

Petite place d’Issoire

Nef de l'église

Nef de l’église

Eglise romane, une pure évidence dans ses murs épais

Eglise romane, une pure évidence dans ses murs épais

Photos de l'intérieur roman de l'église auvergnate

Photos de l’intérieur roman de l’église auvergnate

Pilier de la nef, entièrement peint

Pilier de la nef, entièrement peint

Autel, au milieu des piliers peints

Autel, au milieu des piliers peints

Crypte

Crypte

Infos Utiles

Localisation d’Issoire en Auvergne


A découvrir aussi

Commentaires
Lire les articles précédents :
Viaduc de Millau
Le Viaduc de Millau en images, en Aveyron

En venant du Sud, de Béziers et en remontant vers Clermont-Ferrand, on est surpris de voir, au détour d’un plateau,...

Fermer