Mazda CX-5 : voyager en voiture

Voir aussi :

Pour voyager, il faut un moyen de transport. Ceci est et sera toujours invariable, ne serait-ce que les chaussures pour marcher.

Si on veut aller un peu plus loin que la rue ou le village d’à coté, il est de bon ton d’avoir une voiture de nos jours, à plus forte raison si on vit à la campagne, loin d’une ville et des transports publics. C’était en prévision d’un prochain déménagement à la campagne que je m’étais enfin décidé à acheter mon moyen de transport, devenu nécessaire en quittant Paris.

Le cahier des charges était simple: une voiture polyvalente, pouvant faire de l’autoroute comme de mauvaises routes de montagne, ne consommant pas trop, pouvant héberger les bagages et la famille, et surtout, fiable. Aucune envie de gérer une panne, de devoir attendre une éventuelle réparation et de payer un mécanicien. Dernier critère, le plus important : faire vibrer mon petit coeur d’automobiliste frustré par des années de vie à Paris. Budget: environ 30 000 euros pour une voiture neuve. Nous verrons avec quelle ironie la fiabilité ne m’a pas épargné des aléas de l’automobile.

Mazda CX-5

Mazda CX-5

Pourquoi acheter une voiture neuve

Pourquoi une voiture neuve? Parce que je souffre de la maladie de « l’affection pour une automobile ». Mon coeur se serre rien que de penser à la séparation au moment de la revente du véhicule. C’est totalement irrationnel comme comportement, je le sais bien, mais l’automobile est une affaire de passion, plus que de raison. Il me faut donc un véhicule neuf, qui puisse durer le plus de temps possible dans mes mains. Allez, au bas mot, au moins pour dix ans si possible, voire plus. Ce n’est pas avec moi que l’industrie automobile fera des affaires sans doute, ou alors j’ai trop d’espoirs sur la capacité de survie d’une voiture destinée à rouler, et pas qu’un peu. Une marque automobile a depuis toujours attiré mon attention : Mazda. Cette marque japonaise a toujours su m’impressionner par ses choix techniques parfois audacieux ou son design très agréable et surtout sa fiabilité légendaire. C’est avec un souvenir ému que je me souviens d’avoir rêvé de posséder un jour une RX-7 quand j’étais gamin ou une RX-8 il n’y a pas si longtemps de cela, mais l’augmentation du prix du pétrole ont vite fait de me faire revenir à la réalité.

Arrière de la CX-5

Arrière de la CX-5

Le SUV, voiture polyvalente

Au moment de faire mon choix réaliste, je penchais tout d’abord vers une Mazda 6. Une voiture familiale, confortable, disposant de toutes les qualités propres à Mazda et des autres marques japonaises en général. Mais Mazda, en 2012, décide de lancer un nouveau concept, le « SkyActiv« , tout entier voué à l’économie de carburant. La Mazda 6 neuve que je voulais acheter est dès lors déjà dépassée, surtout que la nouvelle voiture dispose d’un design absolument ravageur! Mais le délais d’attente est beaucoup trop long, elle ne sort qu’en 2013. Le premier modèle de la marque d’Hiroshima portant cette fameuse dénomination « SkyActiv » est la Mazda CX-5, sortie au printemps 2012. C’est un SUV. Je peux la commander.

J’avoue que je n’étais pas très fan des SUV à ce moment, ces voitures qui ne sont pas tout à fait des 4×4, pas tout à fait des routières. Mais il fallait reconnaître que le nouveau Sport Utility Vehicle de Mazda répondait à toutes mes exigences rationnelles. Avec cette voiture, j’étais paré pour tout! Je passais donc commande chez Elite Auto, un mandataire auto, me disant que je pouvais zapper le concessionnaire : je savais exactement quel était le modèle de voiture que je voulais, la motorisation, la finition, et en plus le mandataire propose une ristourne de 10,5%! La voiture était un peu plus chère que prévue dans mon budget de départ, mais c’était le haut de gamme des CX-5. C’est le début d’une longue attente de 6 mois. Commandée fin mars 2012, livré en septembre chez le concessionnaire Mazda d’Austerlitz, à Paris. Face au succès du modèle, un tel délais d’attente est tout à fait normal. La livraison chez le concessionnaire s’est résumée à sa plus simple expression : signez ici, voici les clés. C’est ça, l’achat en passant par un mandataire auto. Je pouvais enfin commencer les festivités en CX-5, mais c’était aussi le début des ennuis. Première mission : stationner sa grosse voiture à Paris.

Rouler dans les rues de Paris

Rouler dans les rues de Paris

Place de stationnement parisienne

Quand on est parisien, avoir une place de parking pour sa bagnole est une obligation. Ou alors on aime jouer avec le feu, tourner en rond pendant des heures pour trouver des places à coté de chez soi ou aimer risquer de se faire rayer la belle peinture neuve, tout en payant bien sûr malgré tout, n’oublions pas nos amis, les horodateurs parisiens! Trouver une place de stationnement dans un garage fermé, pas trop chère pour quelques mois le temps de déménager à la campagne n’est pas forcément chose aisée, et encore moins en bas de chez soi.

La voiture vue de haut montre bien son gabarit.

La voiture vue de haut montre bien son gabarit.

Bref, quoiqu’il en soit, j’avais trouvé une place pas trop chère dans un garage à 3 stations de métro seulement, quelle chance! Le prix était une vraie aubaine, à peine plus de 100 euros par mois. Bizarrement, c’était beaucoup moins que le garage un peu plus proche. On avait vite compris en venant garer la voiture : tout était petit, serré, minuscule. J’avais bien tenté de mettre la voiture dans un des box, c’était juste impossible, la Mazda CX-5 beaucoup trop large, on ne pouvait pas ouvrir les portes de la voiture pour sortir! J’avais donc du me rabattre sur les places classiques, mais là aussi, il fallait pouvoir se garer serré.

Place de stationnement parisienne.

Place de stationnement parisienne.

Quand vous venez d’avoir votre voiture, que vous n’êtes pas habitué à la conduire ou manoeuvrer, surtout un engin aussi gros, on est bien content d’avoir la caméra de recul et les radars de stationnement.

Crevaison : pas de roue de secours sur la Mazda CX-5

Les voitures modernes se passent de plus en plus souvent de roue de secours. Même pas de roue galette, alors que dans le coffre de la CX-5, vous avez son emplacement. La raison est simple, et acceptée par le grand public, dont je faisais partie : la voiture est plus légère sans cette roue, offre plus d’espace dans son coffre et consomme moins. Que des bénéfices, au vu de la rareté des crevaisons. Oui, sauf que… nous avons crevé! Et bien sûr, au plus mauvais moment : lors de son premier vrai voyage (le trajet concessionnaire / place de parking à Paris ne comptant pas), un vendredi soir en partant en week end.

Sur une voiture neuve, on est sûrs de rien. On venait tout juste de commencer à rouler, après les bouchons parisiens de départ en week end. Après avoir fait le plein, la voiture allume un voyant lumineux inquiétant: « alerte pression des pneus« . En principe, un tel voyant indique qu’une roue n’a plus la même pression que ses consœurs et qu’il faut vérifier immédiatement sa roue. Mais sur une autoroute à trois voies, sans possibilité de s’arrêter sur l’espèce d’échantillon de bande d’arrêt d’urgence, mieux vaut continuer sa route en attendant une opportunité de s’arrêter. Surtout que je n’avais pas encore le triangle ou le gilet jaune. Et ce qui devait arriver arriva : on a commencé à rouler sur la jante. Stoppés au premier péage. 109 kms au compteur. Seulement.

A gauche, gros plan sur la roue déchirée. A droite, remplissage du réservoir, assez fréquent : la voiture n'a qu'un réservoir de 58L, ce qui est petit pour une voiture si grosse.

A gauche, gros plan sur la roue déchirée. A droite, remplissage du réservoir, assez fréquent : la voiture n’a qu’un réservoir de 58L, ce qui est petit pour une voiture si grosse.

Assistance Mazda et dépanneuse

Coup de téléphone à l’assistance Mazda. Ils ont été impeccables, nous avons été pris en charge assez rapidement, la dépanneuse est arrivée dans les temps, c’est à dire moins de 45 minutes. Face à une crevaison avec un si faible kilométrage, on se demandait si ce n’était pas un défaut de fabrication du pneu? Il était complètement déchiré, il faisait nuit, impossible de faire un diagnostic. Face à un tel bilan, un seul constat: il fallait l’envoyer chez le garage Mazda le plus proche, celui de Vert-Saint-Denis, près de Melun. Bien sûr, ils n’ouvraient que lundi matin, le dépanneur la déposerait là-bas à ce moment là. Par curiosité, nous avions demandé au dépanneur quel était le pourcentage de dépannages qu’il effectuait pour des roues crevées : 30 à 40% !

L’assistance Mazda nous met alors à disposition une voiture de location pour le weekend, nous pouvions continuer notre route, mais il faut savoir que nous avions l’intention d’aller, après notre weekend à la campagne, en vacances au Portugal. Il fallait donc remonter sur Melun pour récupérer la voiture et rendre la voiture de location, soit à plus de 200 km de distance. L’agence de location n’en était pas vraiment une : c’était un service supplémentaire fourni par un autre dépanneur du coin. C’était les seuls ouverts à cette heure là, avec une particularité: c’était la première fois qu’ils louaient une voiture, le service ayant été récemment ouvert, crise oblige, tout le monde cherchant à diversifier les revenus. Nous avions donc du remplir les papiers pour louer la voiture pendant une heure. La personne d’astreinte à la location n’en pouvait plus, ce n’est jamais simple les premières fois!

Intérieur : volant de la CX-5

Intérieur : volant de la CX-5

Le pneu

Le weekend fut agréable et positif, sans problème particulier. La Renault Scenic de remplacement était bien sympa, flambant neuve, même si nous sommes une gamme en dessous de la CX-5. Lundi matin, coup de téléphone au garage Mazda de Melun, pour savoir s’ils avaient bien reçu le véhicule et quand est ce que nous pouvions venir le chercher, avec son pneu neuf. Réponse à l’autre bout du fil : « nous n’avons pas reçu votre voiture monsieur ». Ils ne la recevront finalement qu’en fin d’après-midi, une fois toutes les voitures des dépanneurs livrées à leurs garages respectifs. C’est le triste sort de ceux qui tombent en panne en premier : ils sont les derniers à sortir du camion. Le garage m’informait donc qu’ils ne pourraient voir ma voiture que le lendemain matin. Avec un peu de chance, la jante n’aurait pas de dégâts et il n’y aurait que le pneu à changer. Lundi soir, normalement, nous devions faire la route pour aller au Portugal, pour arriver mardi. Petite note, je souligne que chaque jour de retard était un jour de vacances en moins passé avec la famille, rarement visitée vu les distances. Mardi matin, une bonne et une mauvaise nouvelle : la jante n’avait rien, mais il fallait attendre 48 h pour avoir le pneu. Ils ne l’avaient pas en stock.

48h plus tard, un SMS sur mon mobile : je pouvais chercher la voiture, enfin! Départ immédiat pour Melun, récupération de la voiture et retour en campagne. Plus de 400 km étaient à faire dans la même journée, juste pour aller chercher la voiture. Mais bien sûr, rien n’aura été simple avec cette voiture. En sortant du garage Mazda, au bout de quelques mètres, le voyant de pression des pneus s’allumait à nouveau et du coup, je m’arrêtais immédiatement tout en téléphonant au garage. Ils me répondirent de passer au garage, pour voir. Ils n’avaient pas remis à zéro les capteurs de pression, ce qui provoquait donc cette alerte inopinée. Maintenant oui, on pouvait enfin repartir. Sauf que… l’alerte de pression s’allumait encore au bout de quelques mètres à nouveau! A ce stade, nous n’avions toujours pas rendu la voiture de location, l’heure avançait. Retour au garage Mazda, et tour en voiture avec le chef mécanicien dans la CX-5 : il effectua finalement la mise à zéro des capteurs avec la mallette technique. Il fallait que je comprenne qu’il était le seul à avoir fait tous les stages de formation Mazda pour ce modèle flambant neuf de véhicule, et que la personne qui s’en était occupée juste avant n’avait pas sa connaissance de la CX-5, d’où l’oubli de la remise à zéro de la pression. Soit. Pas de souci. Nous pouvions enfin repartir chez nous et rendre la Renault Scenic aux gentils loueurs. Quand au pneu, c’était bien une crevaison et non un défaut de fabrication : une jolie forme de croix entaillait la bande de roulement.

Jante de 19" de la voiture. Ce sont des pneus Toyo, pour l'été.

Jante de 19″ de la voiture. Ce sont des pneus Toyo, pour l’été.

Location de voiture

Avec tous ces embarras imprévus, il fallait encore trouver une station service pour remplir de gazole la voiture de location avant de la rendre. Nous arrivâmes devant la porte de l’agence de location à 19h30 environ. Trop tard, ils étaient fermés. Mais ça, nous le savions pas, ce n’était pas une vraie agence de location mais des dépanneurs. La personne qui nous avait loué la voiture ne nous avait pas averti de l’heure à laquelle il fallait rendre la voiture. Coup de téléphone courtois de presque 30 minutes aux responsables, afin de trouver un arrangement pour leur laisser le véhicule malgré tout. Aucune envie de dormir dans un hôtel à Melun ou de se taper 400 kms (aller/retour) et de retarder encore le départ en vacances, surtout pour ça! Après quelques menaces, pleurs et cris, ils acceptaient finalement de nous envoyer quelqu’un pour nous ouvrir la porte et signer les papiers. Nous étions enfin libres, la voiture réparée et nous pouvions rentrer.

Je passe volontairement sur les détails, ce n’était pas très glorieux. Le lendemain, nous commencions enfin la route pour le Portugal. Au bout de quelques kilomètres, le voyant lumineux de l’alerte de pression des pneus s’allumait à nouveau…

Crevaison de pneu : plus jamais ça

Rien de bien méchant avec cette nouvelle alerte de pression des pneus, mais cette fois je décidais de prendre les choses en main. On allait effectuer la remise à zéro des capteurs de pression à la main, comme expliqué dans l’épais mode d’emploi de cette fichue caisse. Et depuis… plus jamais eu de soucis avec ces capteurs. Bilan : un pneu neuf payé de ma poche ainsi que son installation, plus de 300 euros. 4 jours de vacances de perdus. Pas mal de stress et de tracas, une voiture immobilisée. Tout ça pour une simple crevaison. J’avais déjà crevé dans ma vie. Je me contentais de sortir le cric et de changer la roue, et je continuais ma route. Mais mes ennuis en voiture ne faisaient que commencer.

Mazda CX-5 vue de profil.

Mazda CX-5 vue de profil.

Une voiture au coucher du soleil.

Une voiture au coucher du soleil.

Pour info, j’ai demandé à un concessionnaire Mazda portugais s’ils ne pouvaient pas me vendre la roue galette. Ils l’avaient sur leur catalogue informatique, mais n’était pas encore disponible à l’achat. Il semblerait que depuis lors, cette roue galette soit disponible dans certains pays d’Europe. Affaire à suivre.

Percuter un chevreuil sur l’autoroute

Au retour du Portugal et en allant chez la famille à Marseille, après des vacances courtes mais méritées sans aucune espèce de problème automobile, une nouvelle péripétie guignolesque arriva. Je n’ai pas d’autres mots. Quelque part sur l’autoroute près de Pau, un chevreuil décidait de se suicider. Il est une heure du matin, nous cherchions un hôtel pour passer la nuit. Impossible de faire quoique ce soit d’autre que de percuter cet animal, qui venait tout juste de bondir devant mes roues. L’impact se fit sentir, mais la voiture trembla à peine. On entendit un bruit régulier du coté de la roue avant gauche… peut-être la tête de la bestiole qui cognait contre le pneu?

Dégâts sur la voiture. Un simple chevreuil.

Dégâts sur la voiture. Un simple chevreuil.

On s’arrêta alors un peu plus loin pour constater les dégâts. Ils étaient considérables. Cette voiture, malgré le sort que quelqu’un lui avait jeté, est très sécurisante. Les photos parlent d’elles mêmes, avec un pare-chocs béant, des boîtiers arrachés, des pièces manquantes. Nous étions sur l’autoroute, je ne voulais pas prendre le risque de continuer à rouler avec la voiture dans cet état. Au moment de sortir le gilet jaune et le triangle (qui en fait est interdit sur autoroute), une grosse Audi noire s’arrêta derrière nous. Le conducteur et son passager avaient vu le chevreuil éparpillé sur le bitume un peu avant, et venaient voir si nous n’avions rien de cassé.

Dans le trou béant du pare-chocs, on voit bien ce qui reste de l'animal, et les fils sectionnés, les boîtiers brisés.

Dans le trou béant du pare-chocs, on voit bien ce qui reste de l’animal, et les fils sectionnés, les boîtiers brisés.

C’était en fait le directeur du seul hôtel de la région, accompagné de son assistant. Ils nous proposèrent alors de les accompagner à leur hôtel, juste à coté, l’important étant de sortir de l’autoroute, les gens roulant à des vitesses folles à cette heure de la nuit sur une route complètement déserte. On accepta la suggestion, de toutes façons nous cherchions un hôtel pour passer la nuit. De là-bas, nous allions pouvoir téléphoner à l’assistance Mazda et ainsi prévenir la gendarmerie de la présence d’un chevreuil éclaté sur l’autoroute.

Sifflet anti-gibier pour voiture

Il parait que rien de ceci ne serait arrivé si nous avions installé un sifflet anti-gibier sur la voiture. Aujourd’hui, c’est chose faite, j’ai deux sifflets anti-gibier über moches en dessous des rétroviseurs. 15 euros la paire de « sifflets Hobi« . Nous avons rencontré un sanglier de la taille d’un boeuf depuis, il ne s’est pas jeté sous nos roues, on dirait que ça fonctionne! Son mode de fonctionnement est simple : au dessus de 50 km/h, le sifflet émet des ultrasons entendus par les animaux sauvages, ce qui les éloigne. Les canadiens, habitués à traverser de grandes forêts utilisent ça, les gendarmes aussi, et tous ceux qui sont habitués à vivre dans des forêts remplies de grand gibier.

Sifflets anti-gibier, à l'endroit le plus discret possible : sous les rétroviseurs.

Sifflets anti-gibier, à l’endroit le plus discret possible : sous les rétroviseurs.

Réparations d’une Mazda CX-5

Souvenez-vous : j’avais acheté la Mazda pour sa réputation de fiabilité hors pair. Mais même une voiture qui ne tombe jamais en panne n’est pas immunisée contre les accidents, comme ce fut mon cas. Et les réparations suite à un accident sur un modèle flambant neuf du constructeur japonais, c’est une galère phénoménale, amplifiée par la distance de son domicile. Pau, ce n’est pas la porte à coté pour un parisien. Première étape : faire voir la voiture par un garage Mazda local. J’avais bon espoir à ce moment là que les garagistes nous disent que nous pouvions rouler malgré tout, en attendant de la faire réparer sur Paris, de retour chez nous. Ce fut donc dans une dépanneuse que nous allâmes au garage Mazda de Pau.

Au garage, ils ne connaissaient pas très bien le véhicule, et ça se voyait. Le mécanicien tâtonnait, regardait son ordinateur, et surtout regardait la CX-5 qu’ils avaient en vente. Bilan: on ne pouvait pas repartir avec. Le circuit de refroidissement ne fonctionnait tout simplement pas. Enième coup de fil à l’assistance Mazda, qui nous mettait à disposition une voiture de location. Au moment de prendre possession de notre voiture de location, coup de théâtre : appel du garage, qui nous disait que nous pouvions finalement repartir dans notre Mazda CX-5. Ils avaient en fait découvert qu’un boitier avait été débranché par l’accident. Une fois rebranché, tout rentrait dans l’ordre, si l’on peut dire. Soulagés par cette bonne nouvelle, nous pûmes reprendre la route et faire les 600 km qui nous séparaient encore de Marseille. Nous n’aurions pas à gérer un garage Mazda à plusieurs centaines de kilomètres du domicile.

En attendant la réparation.

En attendant la réparation.

Bon à savoir : l’assistance pouvait mettre à notre disposition un chauffeur chargé de « rapatrier » le véhicule à notre lieu de domicile. Le gazole est à nos frais, ainsi que les péages, mais cette solution est autrement moins contraignante que de devoir faire le voyage en train jusqu’à Pau, récupérer la voiture puis remonter sur Paris avec.

Sur Marseille, il était temps de commencer à demander des devis de réparations. Au garage Mazda de Marseille (un multi marques en fait, avec Ford), il était évident qu’ils ne voulaient pas d’une voiture immatriculée dans le 75. « Le mécanicien est malade, le carrossier est en grève, le peintre est débordé, impossible de s’occuper de vous avant un mois ». Malgré tout, je faisais la demande d’un devis, pour avoir une petite idée du tarif. 3700 euros. Ouch.

Pourquoi « ouch »? Parce que je n’étais pas en Tous risques! Je sais à posteriori que c’est totalement crétin, mais j’avais fait un pari : « si je n’ai pas d’accident qui soit de ma faute pendant X temps, je récupère la mise vu la différence de prix ». La série de problèmes que j’ai eu depuis la réception du véhicule me semble liée à un envoûtement de la part des assureurs, rien de moins. Je vous rassure, depuis j’ai pris une assurance tous risques.

C’est donc sur Paris que nous avons finalement fait réparer la voiture, au garage où nous avions réceptionné le véhicule, Mazda Austerlitz. Leur devis était bien plus raisonnable qu’à Marseille : 1000 euros de moins! 2700 euros, les pièces de rechange étant moins chères, ainsi que la main d’oeuvre. J’ai été surpris par cette différence colossale de tarifs, y compris pour la main d’oeuvre, moins chère à Paris qu’à Marseille. La voiture est aujourd’hui réparée et en presque bonne santé, il ne me manque que quelques pièces mineures, comme le cache du point de remorquage sur le pare-chocs avant par exemple.

Pour l'hiver, j'ai pris des jantes en 17" avec des pneus Nokian. Vu le mauvais sort, mieux vaut ne pas tenter le diable et jouer la sécurité!

Pour l’hiver, j’ai pris des jantes en 17″ avec des pneus Nokian. Vu le mauvais sort, mieux vaut ne pas tenter le diable et jouer la sécurité!

Les roues hiver lui vont à ravir, vous ne trouvez pas? Ils ont bien aimé au garage de Paris en tout cas.

Les roues hiver lui vont à ravir, vous ne trouvez pas? Ils ont bien aimé au garage de Paris en tout cas.

Assurance auto moins chère à la campagne

En parlant d’assurance, je vais peut-être dire une banalité affligeante, mais saviez-vous qu’à la campagne, l’assurance est beaucoup moins chère qu’à Paris? On y percute des animaux, on rencontre des chasseurs bourrés ou des petits vieux qui conduisent à contre sens, mais c’est moins cher. A tel point que nous avons pu passer en tous risques et même prendre l’option remboursement à neuf pour le même prix que le simple tiers payant à Paris.

Gri-gri pour voiture

Face à tant de malheurs, je me suis rendu à l’évidence. Quelqu’un m’a jeté un mauvais oeil, pour une raison que j’ignorerais toute ma vie. Je ne me souviens pas d’avoir d’ennemis, à part peut-être les assurances. En plus de notre nouvelle assurance tous risques, j’ai donc acheté un petit porte-bonheur, et je me suis fendu d’un article à son sujet : http://inaciem.com/equipment/winged-phallus . C’est un peu surprenant pour ceux qui ne connaissent pas le monde gréco-romain (je suis passionné), il est clair qu’une bite ailée qui pendouille au rétroviseur, ça peut étonner.

Phallus ailé, une amulette protégeant du mauvais oeil.

Phallus ailé, une amulette protégeant du mauvais oeil.

Ultime soucis : problème de jauge de carburant

Après toutes ces aventures, la voiture nous disait que ce n’était toujours pas terminé.Quelque part sur l’autoroute, la voiture décida de s’arrêter. Le moteur arrêta de fonctionner. Pourtant, il y avait du gazole dans la voiture, et l’ordinateur de bord indiquait une autonomie de 170 km. Les symptômes étaient ceux d’une voiture qui n’avait plus de carburant. Appel de la dépanneuse, en leur disant de ramener un peu de gazole, on ne savait jamais. La voiture redémarra instantanément. Au garage Mazda, ils nous expliqueront que c’est un problème de réinitialisation de l’ordinateur de bord. On ne voulait plus savoir, on commençait à être habitués. C’est le genre de problème que je n’avais jamais eu avec mes vieux tacots à manivelle. Depuis cet incident, la voiture fonctionne au quart de tour, comme il se doit, on touche du bois. Le gri-gri n’aura pas fonctionné. Tant pis, il est décoratif, ce n’était peut-être pas le mauvais oeil. Comment ça, superstitieux?

Tout est bien qui finit bien ou presque. J'ai la chance d'oublier vite les tracas. Et cette voiture me passionne, on a l'impression qu'elle vit tellement on a vécu de trucs pas cools ensemble...

Tout est bien qui finit bien ou presque. J’ai la chance d’oublier vite les tracas. Et cette voiture me passionne, on a l’impression qu’elle vit tellement on a vécu de trucs pas cools ensemble…

Infos Utiles


A découvrir aussi

Commentaires
Lire les articles précédents :
L'abbaye Saint Victor de Marseille et le légionnaire romain
L’abbaye Saint-Victor de Marseille, et le légionnaire romain

Connaissez-vous l'histoire de Victor, le légionnaire romain à l'origine de l'abbaye qui porte son nom à Marseille?

Fermer