Abbaye de Saint-Savin : patrimoine mondial de l’humanité

Abbaye de Saint-Savin : patrimoine mondial de l’humanité dans la Vienne

Dans un petit village français se cache l'un des joyaux du patrimoine mondial de l'Humanité : l'abbaye de Saint-Savin.

Saint-Savin

Saint-Savin est un petit village du département de la Vienne, dans la région Poitou-Charentes. Cette belle région est traversée par de nombreux cours d’eau et parsemée d’églises, avec une campagne que je qualifierai volontiers de très reposante, au vu du peu de gens qui habitent le département. J’ai eu la chance de visiter l’un des plus importants monuments de cette région de France, l’Abbaye de Saint-Savin-sur-Gartempe. Cet édifice religieux, datant du Moyen-âge, est classé par l’UNESCO au patrimoine mondial de l’humanité.

Abbaye de Saint-Savin-sur-Gartempe

Abbaye de Saint-Savin-sur-Gartempe

Détail du clocher

Détail du clocher

La Gartempe, au pied de l'Abbaye

La Gartempe, au pied de l’Abbaye

Visiter la France

La France est décidément un beau pays. Plus je connais ses régions, plus j’aime la France. On est toujours surpris par de nouvelles découvertes, de nouveaux paysages, de nouvelles cultures, comme je l’ai été en découvrant cette superbe abbaye romane. Je me dis à chaque fois que c’est tellement dommage de se cantonner à Paris pour les week ends et de visiter les pays étrangers dès qu’on a un peu plus de temps pour un séjour vacances, alors qu’il y a tant à découvrir juste à coté ! J’applique, tant que possible, un principe simple : apprendre à connaître la France, soi même, en visitant lors de courts séjours un village ou une ville différente, pas trop loin, ni trop cher.

Le style roman est ici évident

Le style roman est ici évident

Arc en plein cintre

Arc en plein cintre

C’est peut-être le but de ce blog : élargir nos horizons au moment de choisir l’endroit où vivre. Tout ne se résume pas à vivre dans une grande ville ! Lorsque l’on toute notre vie vécu à Paris, on ignore parfois que l’on peut vivre ailleurs, pas trop loin, pour moins cher et avec plus de confort, sans forcément sacrifier le boulot. Nous allons dans cet article visiter un monument, classé au rang de « patrimoine mondial », mais qui est beaucoup moins connu qu’un monument parisien. C’est injuste pour le village de Saint-Savin : si cette Abbaye avait été construite dans notre capitale, ou dans une autre très grande ville, elle serait connue dans toute la France, ce qui, il faut l’avouer, n’est pas le cas aujourd’hui.

Horloge du clocher, avec la petite cloche

Horloge du clocher, avec la petite cloche

Tout est en pierre jusqu'en haut, ce qui est unique.

Tout est en pierre jusqu’en haut, ce qui est unique.

Je parle souvent d’églises et de monuments religieux, sur Voyager comme Ulysse. Ceci s’explique simplement : c’est, la plupart du temps, le seul édifice notable d’un village, d’une ville ou même d’une région. Statistiquement, je me retrouve ainsi à beaucoup parler d’églises, qui sont, il faut le reconnaître, de très beaux monuments. Chaque village possède ainsi son bel édifice, qu’il faut chérir et conserver, même si on n’est pas spécialement religieux.

Une place très large est devant l'Abbaye

Une place très large est devant l’Abbaye

Derrière l'église

Derrière l’église

Le village

Saint-Savin est un petit village, d’un millier d’habitants environ, sur la Gartempe, le principal affluent de la Creuse. Le département de la Vienne dans son ensemble est peu habité, mais est doté d’un fort dynamisme économique. Il suffit de penser à Poitiers, et son Futuroscope ! J’aime les régions qui ne sont pas surpeuplées, où il y a de la place pour respirer. Ceci se voit dans la qualité de vie, dans le prix de l’immobilier, dans le sourire des gens. L’Abbaye de Saint-Savin-sur-Gartempe contraste avec ce paisible village : un monument si énorme pour un village si petit ! Ce contraste donne des proportions encore plus mémorables à l’église de l’Abbaye, situé entre une grande place et la Gartempe, comme son nom officiel nous l’indique.

Vue extérieure de l'Abbaye

Vue extérieure de l’Abbaye

Les bâtiments ont des ressemblances avec un château fort

Les bâtiments ont des ressemblances avec un château fort

Les bâtiments de l'Abbaye sont élégants

Les bâtiments de l’Abbaye sont élégants

Le contraste se voit également dans les différents bâtiments qui composent l’ensemble monastique. On passe allégrement de l’édifice roman à un pseudo château fort avec sa tour crénelée, le Logis Abbatial, où l’inventeur Léon Edoux mis au point le premier ascenseur hydraulique. C’est d’ailleurs à lui que l’on doit le terme « ascenseur ».

Escaliers des bâtiments de l'Abbaye

Escaliers des bâtiments de l’Abbaye

De nombreuses animations explicatives du patrimoine sont présentes

De nombreuses animations explicatives du patrimoine sont présentes

Un film sur les fresques est présenté aux visiteurs

Un film sur les fresques est présenté aux visiteurs

Pour cette splendeur de l’Humanité, je me suis fait plaisir : ce sont 50 photos que je vous présente, détaillant sous toutes ses coutures l’église, les bâtiments de l’Abbaye, ses fresques, qui ont contribué en grande partie à l’obtention de son inscription au patrimoine mondial de l’Humanité par l’UNESCO en 1983, mais également à son classement dans la première liste de 1840 des monuments historiques français. Prosper Mérimée, à l’origine de cette classification, permis de sauvegarder ce formidable joyau du patrimoine français, avec les restaurations urgentes de l’édifice en 1855, alors en danger.

Nef peinte

Nef peinte

Fresque de l'Arche de Noé

Fresque de l’Arche de Noé

Cette peinture est monumentale

Cette peinture est monumentale

Fresques de Saint-Savin

La principale particularité, l’élément différenciateur de cette abbaye face aux nombreuses autres abbayes de France, c’est sans doute ses fresques, datant du XIème et XIIème siècle. C’est la première chose que l’on nous a présenté lorsque nous sommes rentrés dans l’Abbaye de Saint-Savin, juste après la boutique de souvenirs ! Une salle, sous les toits, a été spécialement aménagée pour présenter en permanence un film sur l’origine et la réalisation de ces peintures murales monumentales, peintes par des moines, avec les difficultés que l’on pouvait éprouver lorsque l’on était sujet aux interdits de leur ordre, les bénédictins. Ce n’est pas forcément simple de travailler, si on doit interrompre le chantier pour aller prier tout le temps ! Surtout que les peintres sont pressés par le temps, les peintures utilisées séchant très vite.

Piliers massifs, peints comme si ils étaient faits de briques

Piliers massifs, peints comme si ils étaient faits de briques

Les proportions sont imposantes

Les proportions sont imposantes

Quand on entre dans l’église, la peinture omniprésente étonne. Tout est peint, dans cette église ! On imite les briques en les peignant, on imite le marbre de la même façon, tout est très élégant et bien conservé, avec des couleurs très vives. Nous sommes ici dans le lieu où les peintures romanes sont les plus complètes et les mieux conservées au monde, rien de moins, même si il manque pas mal de morceaux. Si on lève les yeux, et que l’on regarde le berceau de la voûte de la nef, c’est une bonne partie de l’ancien testament qui se déroule, avec des représentations de la Genèse et de l’Exode. On reconnaît très distinctement l’arche de Noé, peinte 17mètres au dessus de nos têtes !

Gros plan sur les peintures murales de l'Abbaye

Gros plan sur les peintures murales de l’Abbaye

Nef de l'église

Nef de l’église

Les photos avec flash sont formellement interdites, j’ai eu un mal fou à bien rendre la lumière spéciale qui se dégage de l’église. Les peintures, restaurées récemment, subissent des dégradations lorsque exposées à de la lumière forte et directe comme peut l’être celle d’un flash. C’est également pour cette raison que l’on ne peut plus visiter la crypte où se trouvaient les reliques des deux saints, disparues depuis. Tant pis pour les peintures murales représentant les martyrs de ces deux saints… Ce n’est pas très grave, de mon point de vue. Nous sommes ici dans une abbaye : les églises abbatiales étaient réservées aux seuls moines, elles n’ont jamais été un endroit public. Enfin, nous « étions » dans une abbaye, maintenant c’est une église paroissiale depuis 1792, comme tant d’autres en France, avec sa messe du dimanche.

Clocher de style roman

Clocher de style roman

Les vitraux sont endommagés

Les vitraux sont endommagés

Eglise abbatiale

Vue du dehors, l’église abbatiale est typiquement romane, sauf pour la flèche, de style gothique. Ses murs massifs, ces arcs de cercle parfaits et sa forme en croix latine en sont les caractéristiques les plus évidentes. L’origine lointaine de cette abbaye, fondée à la demande de Charlemagne, explique cette architecture, encore très défensive. Il ne faut pas oublier que la mémoire des Arabes arrêtés à Poitiers, une ville toute proche, est encore présente dans les esprits, et que les Vikings, les Normands, sont à l’époque une menace permanente. Au milieu du IXème siècle, l’Abbaye de Saint-Savin rayonne son prestige dans toute l’Aquitaine. Ses moines bénédictins sont réputés, et partent dans tout le pays fonder d’autres abbayes.

Le plafond, les colonnes, tout est peint

Le plafond, les colonnes, tout est peint

Les colonnes sont peintes de façons différentes

Les colonnes sont peintes de façons différentes

Chemin de croix

Chemin de croix

Au XIème siècle, sous la protection des comtes du Poitou, la nouvelle église romane, celle que l’on connaît aujourd’hui, est bâtie, avec le don considérable de la comtesse Aumonde. Nous ne pouvons plus voir les bâtiments conventuels de l’époque, détruits par les guerres de religion. A la place, nous avons des bâtiments de style classique, construits par l’arrivée des moines bénédictins réformés de l’ordre de Saint Maur en 1680. Nous ne pourrons donc pas voir le cloître, emporté par les ravages de la folie des hommes depuis bien longtemps…

Vue de l'autel

Vue de l’autel

Chapelle et ses vitraux

Chapelle et ses vitraux

L'église est très bien conservée

L’église est très bien conservée

La légende de Saint Cyprien et de Saint Savin

L’abbaye propose de nombreuses animations multimédia, mises à disposition des visiteurs désireux d’en connaître un peu plus sur l’histoire et l’architecture du monument. On découvre que selon la légende, deux frères, Savin et Cyprien, sont arrivés sur la Gartempe, fuyant les persécutions faites aux chrétiens dans leur pays d’origine, la Macédoine. Mais ils seront martyrisés et décapités à Antigny, à quelques kilomètres de l’actuelle abbaye. C’est en leur mémoire que l’on construira une abbaye non loin de l’endroit où l’on retrouva leurs dépouilles mortelles. Il existe plusieurs versions du martyr de Saint Savin et de Saint Cyprien. Pour d’autres personnes, ils ne seraient pas originaires de Macédoine, mais de la Bresse. Il faut dire que les récits sur Saint Savin et Saint Cyprien ne sont apparus qu’au Xème siècle, soit 5 siècles après la date supposée de leurs martyrs… L’abbaye fondée (ou refondée) par Charlemagne existait déjà, enfin il parait, sous une forme plus modeste, depuis 543, fondée par un ermite. Ceci en fait la plus ancienne abbaye bénédictine de France.

Le chœur

Le chœur

Vaisseau central

Vaisseau central

Vous le voyez, cet édifice religieux vaut le détour. Si un jour vous passez par la Vienne, n’oubliez pas, en plus de prendre du repos, de venir voir un patrimoine unique. J’adorerais avoir une maison de campagne dans les parages, avec vue sur la Gartempe d’un coté, et vue sur l’église abbatiale de l’autre. Croyez moi, ce n’est pas totalement impossible, ici l’immobilier est accessible :)

Photos de l’Abbaye de St-Savin

Les pigeons ont pris possession des toits

Les pigeons ont pris possession des toits

Blason au réfectoire de l'Abbaye

Blason au réfectoire de l’Abbaye

Fenêtres du réféctoire

Fenêtres du réféctoire

Le réfectoire est utilisé pour des expositions

Le réfectoire est utilisé pour des expositions

Fresque exposée au réfectoire

Fresque exposée au réfectoire

Une des belles portes extérieures

Une des belles portes extérieures

Les oiseaux aiment le clocher, entièrement en pierre

Les oiseaux aiment le clocher, entièrement en pierre

Le jardin de l'Abbaye

Le jardin de l’Abbaye

Curieuse maison, collée à l'Abbaye

Curieuse maison, collée à l’Abbaye

Impasse de l'église

Impasse de l’église

Clocher de l'église de l'Abbaye

Clocher de l’église de l’Abbaye

Murs massifs de l'église

Murs massifs de l’église

Les briques sont dessinées sur le mur

Les briques sont dessinées sur le mur

Confessionnal de l'église

Confessionnal de l’église

Dallage du sol

Dallage du sol

Morts pour la France

Morts pour la France

La peinture imite, je trouve, le marbre

La peinture imite, je trouve, le marbre

Dessins préparatoires pour une future fresque au réfectoire

Dessins préparatoires pour une future fresque au réfectoire


A découvrir aussi

Commentaires
Lire les articles précédents :
Eglise Notre Dame de la Mer, aux Saintes-Maries-de-la-Mer
Eglise Notre Dame de la Mer, aux Saintes-Maries-de-la-Mer

Lorsque l’on va aux Saintes-Maries-de-la-Mer, petite ville de Camargue, impossible de ne pas penser au pèlerinage des gitans, qui viennent...

Fermer